Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

La Nouvelle Eco - "Tout est prêt pour relancer le drive" à la librairie Anecdotes, à Limoges

-
Par , France Bleu Limousin

Comme tous les commerces jugés "non essentiels", les librairies ont baissé le rideau pour plusieurs semaines ce jeudi soir, en raison du confinement. Ils peuvent toutefois maintenir une partie de leur activité avec le service de "drive", mis en place notamment par Anecdotes, à Limoges.

Les librairies peuvent continuer à vendre avec un service de "drive" durant ce deuxième confinement en France (illustration)
Les librairies peuvent continuer à vendre avec un service de "drive" durant ce deuxième confinement en France (illustration) © Radio France - Guillemette Franquet

C'est une nouvelle page qui se tourne pour les libraires, contraints de refermer leur boutiques durant le nouveau confinement destiné à freiner l'épidémie de coronavirus. Ils ne font pas partie des commerces jugés "non essentiels" par le gouvernement. Un coup dur face auquel certains se sont réorganisés, car ils ont tout de même la possibilité de continuer à prendre des commandes et à les distribuer sous forme de "drive". A Limoges, Jean-Michel Gillet, directeur de la librairie Anecdote, s'y était préparé.

Durant le premier confinement on a géré en urgence, là j'ai anticipé, organisé les équipes

S'il se dit "assez consterné" face à cette nouvelle fermeture car il pensait que les librairies seraient épargnées, Jean-Michel Gillet a retroussé ses manches depuis plusieurs semaines pour faire face à la situation. "Le livre reste essentiel, on le voit dans la fréquentation de nos librairies depuis le déconfinement, donc l'idée c'est que les clients commandes par internet et viennent les retirer devant la librairie."

Chez lui, les récupérations des commandes se feront trois jours par semaine : lundi, mercredi et samedi. Le travail des salariés a été réorganisé en conséquence, de la préparation à la livraison, en passant par la gestion du stock et les réponses aux clients sur internet. 

"On est prêt" commente donc le libraire qui fait confiance à ses clients pour rester fidèles à son enseigne, plutôt que de se laisser attirer par les grandes plateformes commerciales sur internet. Selon lui, "il y a une _vraie prise de conscience de l'importance du commerce de proximité_". Juste avant le reconfinement ses ventes ont d'ailleurs grimpé en flèche, au point de réaliser en une journée le chiffre d'affaire habituellement engrangé en trois jours.

Le retour de la lecture chez les enfants

Même si cette période sera délicate, Jean-Michel Gillet voit aussi des raisons d'espérer car beaucoup de gens se sont remis à lire durant le premier confinement. Y compris les enfants. "Les parents mettent de plus en plus de livres dans les mains des enfants, c'est très positif !". La librairie Anecdotes va continuer d'œuvrer en ce sens, en espérant que beaucoup de ses livres se retrouveront aux pieds des sapins pour Noël. "Il y a du choix" précise encore Jean-Michel Gillet qui recense 65.000 livres sur les étagères de sa boutique. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess