Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : trois commerces de proximité vont renaître dans l'Yonne grâce au programme 1000 Cafés

-
Par , France Bleu Auxerre

Le café de Bellechaume (Yonne), fermé depuis 3 ans, a pu rouvrir ses portes avec un espace multi-services. L'opération a été possible grâce au programme 1.000 cafés, du groupe SOS. Deux autres commerces vont suivre dans le département.

 Le comptoir est fermé mais les Bellechaumiers peuvent déjà profiter de l'épicerie , du dépôt de pain, et de la vente de plat à emporter.
 Le comptoir est fermé mais les Bellechaumiers peuvent déjà profiter de l'épicerie , du dépôt de pain, et de la vente de plat à emporter. © Radio France - Thierry Boulant

Les commerces de proximité font leur retour dans certaines communes de l'Yonne, et tout ça grâce à un programme. Baptisé 1.000 cafés et créé par le groupe SOS, il a permis la réouverture du café de Bellechaume, après trois ans de fermeture. Deux autres commerces vont suivre dans l'Yonne, explique Hélène Labrunie, responsable de son  développement dans l'Est.

France Bleu Auxerre : Quelle est la vocation du projet 1.000 cafés ?

Hélène Labrunie : Il s'agit d'aider les communes rurales de moins de 3.500 habitants qui n'ont plus de café, de lieu de vie ou de rencontre sur leurs communes, à les recréer ou à les maintenir s'ils sont menacés de fermeture.

Comment aidez-vous ces projets ?

Nous venons d'abord aider les communes, les équipes municipales qui identifient ces besoins-là après avoir pris l'avis de la population. Quand la commune a pu identifier en plus un bâtiment dans lequel on pourrait créer une activité, les voyants sont au vert pour nous et nous pouvons dire " banco", on accompagne la commune.  En tant que réseau national, 1.000 cafés va alors porter le risque de la création de l'entreprise. On va recréer un fond de commerce, recruter un gérant et l'encadrer.

Quand le projet est abouti, y a-t-il un suivi ?

Tout à fait ! Nous ne sommes pas une pépinière d'entreprises ou un accélérateur, nous sommes là pour nous engager sur la durée de ces commerces. C'est-à-dire que nous accompagnons le gérant jusqu'à l'ouverture et nous assurons des suivis une fois que l'exploitation est en cours, et ce tout le temps de la durée de l'entreprise.

Après celui de Bellechaume, il y a d'autres projets de cafés multi-services  dans l'Yonne ?

Oui, il y a un projet d'ouverture à Bassou cette année, en septembre. Nous avons aussi un projet à Sommecaise en fin d'année. Il y a là un gros projet immobilier dans un ancien corps de ferme à restaurer, au coeur du Bourg, où il y a beaucoup de travaux de rénovation  à réaliser.

-
- © Radio France

Vous avez repéré ou imaginé une solution pour améliorer le quotidien autour de chez vous ? Vous avez identifié des besoins locaux et vous avez des idées pour y répondre ? Avec “Ma solution”, France Bleu vous donne la parole : partagez votre expérience, signalez les initiatives les plus utiles, faites vos propositions et donnez votre avis sur celles des autres. La solution, c’est vous !

Pour afficher ce contenu Make org, vous devez accepter les cookies Mesure d'audience.

Ces cookies permettent d’obtenir des statistiques d’audience sur nos offres afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus. 

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess