Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La Nouvelle Eco : un élevage porcin breton s'engage à respecter la qualité de l'eau

-
Par , France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel

La ferme de la Lande, à Médréac (Ille-et-Vilaine), obtient un nouveau label, nommé "Terres de sources". Son propriétaire s'engage à respecter la qualité de l'eau, en contre-partie, le label lui donne accès à des offres de marché public.

Yannick Denoual est à la tête de la ferme de la Lande depuis 1999.
Yannick Denoual est à la tête de la ferme de la Lande depuis 1999. - Pierre Leroux - Cohérence

La Bretagne fournit près de 60% de la production porcine en France. Les détracteurs de l'élevage porcin dénonce un modèle néfaste pour le bien-être animal et l'environnement. Yannick Denoual, éleveur de porcs sur paille à Médréac, près de Montauban-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine), vient d'obtenir un nouveau label, "Terres de sources". Il s'engage à respecter la qualité de l'eau. En contre-partie, le label fait le lien entre l'agriculteur et les offres de marché public.

Yannick Denoual s'ouvre à de nouveaux marchés : il collabore avec une quinzaine de cantines scolaires du bassin rennais. "Je travaillais beaucoup avec les restaurants, ils ont fermé. J'ai donc perdu entre 15.000 et 18.000 euros par mois. Alors les cantines me permettent de compenser en partie mes pertes." 

Tous les jours, les porcs reçoivent de la paille.
Tous les jours, les porcs reçoivent de la paille. © Radio France - Lucie Amadieu

Dans notre région, 95% des cochons sont élevés en bâtiment industriel. Yannick Denoual fait donc figure d'exception. En effet, rares sont les agriculteurs à franchir le pas. Ils ne sont que treize à avoir intégré l’association Cohérence, qui a vu le jour en 2004. Sa présidente Carole Le Bechec souhaite développer de plus en plus de filières de qualité sur le bassin rennais : « Nous avons comme objectif le bien-être animal avec par exemple le respect d’une règle d’1,5 mètre carré pour chaque bête. » A travers un cahier des charges nommé « porc durable », l’élevage sur paille répond à plusieurs critères : une alimentation sans OGM et sans antibiotiques préventifs notamment.

Un enjeu environnemental

En plus de garantir le confort animal, la paille absorbe la moitié de l'azote contenu dans les déjections animales. Lors de l'épandage, cela permet ainsi de réduire le ruissellement de l'azote dans les terres et les eaux. Un point précieux dans la lutte contre la pollution de l’eau et la prévention des marées vertes. Une donnée importante pour Yannick Denoual, désireux d’évoluer dans son métier : « Avec Cohérence, on cherche à progresser. Terre de Sources nous aide aussi à ça, à savoir sur quel point on peut s’améliorer. » Initié par la Collectivité Eau du Bassin Rennais, ce label a comme objectif d’accélérer la transition agro-écologique locale. Yannick Nadesen, Vice-Président de la Collectivité ajoute : « Nous avons la volonté commune avec les agriculteurs de protéger l’eau mais aussi de leur apporter de la reconnaissance par la valorisation économique de leur travail. »

540 porcs charcutiers et 300 porcelets sont transformés dans la ferme chaque année.
540 porcs charcutiers et 300 porcelets sont transformés dans la ferme chaque année. © Radio France - Lucie Amadieu

La solution naturelle

En décidant d’élever ses porcs sur paille, Yannick Denoual respecte également les besoins naturels de ses porcs : « le cochon a besoin de travailler son groin, en broyant la paille ». La Ferme de La Lande fonctionne désormais en circuit court, avec un point de vente sur place mais aussi avec les bouchers, restaurants et cantines environnantes. Depuis octobre, l’agriculteur possède même son propre stand dans la halle des bouchers, au marché des Lices de Rennes. Toujours dans l’optique de ce circuit court, Yannick Denoual produit des céréales dont 30% nourrissent directement ses porcs. L'agriculteur commercialise le reste de sa production. Un choix gagnant-gagnant pour l’éleveur tant dans sa stratégie économique que dans son engagement en faveur de l’environnement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess