Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

La Nouvelle éco : un été mitigé pour les glaces bio et artisanales de la Ferme de la Métaierie au Mans

-
Par , France Bleu Maine

La Ferme de la Métairie vend ses glaces dans plusieurs lieux touristiques de l'ïle-de-France. Des endroits désertés par les touristes étrangers à cause de la Covid-19. De leur côté, les clients locaux n'ont pas lâché la société basée au Mans depuis le confinement.

La Ferme de la Métairie vend ses sorbets au parc Montsouris à Paris.
La Ferme de la Métairie vend ses sorbets au parc Montsouris à Paris. - Ferme de la Métairie

Les sorbets bio de la Ferme de la Métaierie n'ont pas passé un très bon été. Le soleil et la chaleur n'ont pas suffi à attirer la clientèle. Cette société basée dans le sud du Mans, rue de la Foucaudière, vend ses glaces dans cinq lieux touristiques de la région parisienne : deux points de vente dans le parc du Château de Versailles, deux dans des parcs parisiens et un à Fontainebleau. "Sur Paris et Versailles, on sent une vraie baisse parce qu'il n'y a pas assez de touristes étrangers", explique Amélie Corvaisier, la gérante de la Ferme de la Métaierie. En revanche, ses sorbets se sont bien vendus à Fontainebleau grâce à la clientèle francilienne.

Des clients fidèles en Sarthe

Amélie Corvaisier a pu compter sur ses clients sarthois, fidèles au poste depuis le confinement. La gérante n'a pas eu de baisse de demande de la part des magasins bio par exemple. Elle a même eu des nouveaux clients. "Des gros supermarchés se mettent à travailler avec nous, donc c'est vraiment bon signe. Ils veulent développer le local, donc on a le vent dans le dos pour ça", souligne Amélie Corvaisier.

Amélie Corvaisier transforme des fruits en sorbet dans son atelier manceau.
Amélie Corvaisier transforme des fruits en sorbet dans son atelier manceau. - Ferme de la Métaierie

Ces nouveaux contrats ne permettront pas de compenser les pertes liées au manque de touristes étrangers. "On ne va pas s'y retrouver, mais c'est moins catastrophique que ça aurait pu l'être", pense la patronne de la Ferme de la Métairie. Elle estime que son chiffre d'affaires annuel va baisser d'au moins 10% à 20%. Amélie Corvaisier a travaillé toute seule pendant le confinement. "Mon entreprise, c'est ma vie et il est hors de question que je laisse la Covid me la voler."

>>> Ecoutez la chronique "La Nouvelle éco" de 7h15 sur France Bleu Maine

Choix de la station

À venir dansDanssecondess