Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La nouvelle éco : un million d'euros recettes en moins pour les piscines amiénoises à cause du coronavirus

-
Par , France Bleu Picardie

Le sport amateur est frappé de plein fouet par la crise du coronavirus. Les infrastructures comme les piscines, qui ne peuvent pas accueillir leur public habituel, accusent de lourdes pertes d'exploitation.

Dominique Georges, le directeur des sports d’Amiens Métropole
Dominique Georges, le directeur des sports d’Amiens Métropole © Radio France - Claudia Calmel

La nouvelle éco s'intéresse ce matin aux conséquences du coronavirus sur le sport amateur. De nombreux clubs sont à l'arrêt ou tournent au ralenti. Et les infrastructures sont très loin de leurs fréquentations habituelles. C'est par exemple le cas des piscines d'Amiens Métropole. Dominique Georges, le directeur des Sports d’Amiens Métropole a répondu aux questions de France Bleu Picardie.

Comment se portent les piscines d'Amiens Métropole en ce moment ?

"Sur le fonctionnement, on n’a pas retrouvé 100 % de notre activité. A un moment, on pouvait accueillir tous les publics, mais ensuite il y a eu le reconfinement : la priorité est désormais donnée aux mineurs et aux scolaires."

Avez-vous chiffré la baisse de fréquentation depuis le le début de la crise ?

"En ce moment, il n’y a plus d’accueil du public : vous ne pouvez plus prendre votre ticket et venir nager à la piscine. En revanche depuis peu, nous avons remis en place nos écoles de natation. C’est un apprentissage municipal : ce sont nos maîtres nageurs qui apprennent à nager aux enfants par niveau."

Combien de personnes fréquentent par exemple la piscine du Coliséum chaque jour ?

"Il y a environ 400 visiteurs quotidiens contre plus de 1000 en temps normal. Mais il faut tout de même faire fonctionner les piscines, les chauffer. Ce sont des coûts d’exploitation très importants : pour l’année 2020, la baisse de recettes a été estimé à 1 million d’euros pour le Nautilus et le Coliseum. Pour ce qui est de l’Aquapôle, nous n’avons pas les résultats financiers. Nous seront communiqués dans le courant du mois de janvier, nous connaîtront alors l’amplitude des pertes pour cette piscine."

Au final, combien de temps les piscines amiénoises auront elle ouvert cette année ?

"On a perdu presque six mois d’exploitation. Il y aura forcément des conséquences : on se demande si on va réussir à retrouver notre public habituel. Lorsque les piscines vont rouvrir, est-ce que les gens vont accepter de revenir ? Est-ce qu’ils ne seront pas influencés par un contexte anxiogène ? Est-ce qu’ils accepteront de fréquenter les vestiaires collectifs au milieu d’autres nageurs ? Il y a tout un contexte qui fait que nous ne savons pas si nous allons retrouver les mêmes chiffres qu’avant la pandémie. Au mois de mars cela fera un an que nous vivons cette crise. C’est une période difficile pour le monde du sport, au même titre que pour le monde de la culture. C’est quelque chose qui nous touche au plus profond."

Ecoutez l'interview de Dominique Georges :

Dominique Georges, directeur des sports d'Amiens Métropole

Choix de la station

À venir dansDanssecondess