Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco

La Nouvelle Eco : un nouveau restaurant à Seilhac

-
Par , France Bleu Limousin

Récemment installé en Corrèze, un couple originaire de Perpignan vient de reprendre un restaurant à Seilhac. Crise sanitaire oblige, les gérants ont commencé par la vente à emporter. Un créneau qu'ils ont l'intention de continuer à exploiter à fond, même lorsque les clients pourront venir en salle.

Depuis le 9 avril, La Casa vend des pizzas et tacos à emporter à Seilhac, en attendant d'accueillir les clients à partir du 9 juin.
Depuis le 9 avril, La Casa vend des pizzas et tacos à emporter à Seilhac, en attendant d'accueillir les clients à partir du 9 juin. - © Nicolas Saget

C'est un dimanche soir, entre deux confinements, que s'est décidé le sort de La Casa, le restaurant que vient de lancer un couple récemment installé à Seilhac, en Corrèze. "On était chez mon beau-frère et on voulait commander des pizzas. Il m'a dit qu'on allait devoir faire 25 minutes de voiture pour en trouver" raconte Nicolas Saget, co-gérant de La Casa. Inconcevable pour ce pizzaïolo qui avait déjà tenu une pizzeria à Perpignan. Alors quand l'opportunité de reprendre un établissement s'est présentée, ils n'ont pas hésité avec sa compagne.

Pas d'ouverture de la terrasse, "on attendra le 9 juin pour accueillir les clients"

Début janvier l'affaire se concrétise, mais il y a pas mal de travaux à faire avant d'ouvrir l'établissement. Un chantier mené durant le troisième confinement, qui pour leur part est donc tombé à point nommé, puisqu'il était de toute façon impossible d'accueillir des clients. Le couple a finalement commencé à vendre des pizzas et des tacos à emporter à partir du 9 avril. "Les clients sont au rendez-vous et hyper enthousiastes, c'est un très bon début !" se réjouit Nicolas Saget. 

Pour autant, il n'a pas voulu ouvrir sa terrasse dès le 19 mai, malgré le début de déconfinement. "On est trop tributaires de la météo. On a pris le parti d'attendre le 9 juin et la réouverture de la restauration en intérieur" explique le pizzaïolo. Un choix qui permettra aussi, il l'espère, de recruter une personne pour le service. Indispensable pour faire tourner le restaurant, car lui et sa femme ne pourront pas tout assurer à deux. 

La vente à emporter comme pilier et bouée de sauvetage

Le couple compte aussi continuer la vente à emporter, car ses plats s'y prêtent parfaitement et que la demande est forte du côté des clients. C'est aussi l'assurance de pouvoir continuer à travailler, quelle que soit l'évolution de la situation sanitaire. Nicolas Saget l'a déjà expérimenté lors du premier confinement au printemps 2020, lorsqu'il était encore à Perpignan. Comme tout le monde, il aimerait toutefois que cette crise se termine pour de bon.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess