Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : une année 2020 plutôt positive pour la SICA à Saint-Pol-de-Léon

-
Par , France Bleu Breizh Izel, France Bleu Armorique

La coopérative agricole bretonne SICA, basée à Saint-Pol-de-Léon (Finistère) vient de faire le bilan de l'année 2020 lors de son assemblée générale annuelle. Une année 2020 plutôt favorable avec, au global sur les légumes et le secteur horticole, une augmentation de 2% de son chiffre d'affaires.

Photo d'illustration.
Photo d'illustration. © Radio France - Lisa Guyenne

Les chiffres sont bons pour la SICA Saint-Pol-de-Léon (Finistère), malgré la crise sanitaire. La coopérative agricole, qui utilise la marque Prince de Bretagne, a vu son chiffre d'affaires augmenter de 2% au niveau global l'année dernière (légumes et secteur horticole). Dans le détail, 1% en plus pour les légumes avec 180 millions d'euros de chiffre d'affaires et 7% de plus pour l'horticulture avec 40 millions d'euros de chiffre d'affaires. 

Ces chiffres s'expliquent d'une part par l’effet du premier confinement sur le marché des produits alimentaires de première nécessité, et d'autre part par une volonté de consommer des produits locaux. "Il faut faire la part des choses, puisque nous avons 47 variétés de légumes donc il y a eu des plus et des moins. Parmi ceux qui ont connu la plus forte évolution positive, il y a le chou-fleur, l'endive et l'artichaut. En revanche, certains ont souffert, comme les mini-légumes qui sont surtout utilisés dans la restauration", précise Marc Kerangueven, le président de la SICA. 

Un boom du commerce en ligne pour les fleurs

Du côté de l'horticulture, le démarrage a été difficile, avec la fermeture des jardineries pendant le premier confinement, amenant la destruction de beaucoup de fleurs. Une situation qui a amené l'explosion du commerce en ligne, avec 139% de hausse. "La dynamique d'achat ne faiblit pas pour ce début d'année 2021", indique le président.

La SICA s'adapte également aux enjeux de société, notamment la vente en circuit-court, directement auprès des exploitants, mais également dans les rayons des commerces bretons pour répondre à l'intérêt croissant des consommateurs concernant une provenance locale des produits.

S'adapter au marché

La coopérative agricole veut s'adapter au marché en proposant de nouveaux outils pour la vente de ses produits. "Jusqu'à présent, on utilisait le cadran, qui est le meilleur outil pour chercher la valorisation chez les producteurs et pour faire remonter les prix, mais il ne répond pas à l'ensemble des demandes de nos négociants et clients", détaille Marc Kerangueven. 

Le cadran est toujours utilisé dans 70% des cas, mais d'autres solutions sont proposées, comme le bureau de vente pour des produits différents à destination de niches, ou encore la vente télématique. "Nous mettons un lot en vente avec un prix minimum et cela peut être des ventes à l'année, avant la saison. En fait, nous prévendons à l'avance un certain volume", ajoute-t-il.

Concernant le Brexit, également dans l'actualité de ces derniers mois, la SICA n'a pas directement été impactée, que ce soit dans les volumes ou la commercialisation de ses produits. "Il peut y avoir des contraintes, en revanche, pour les négociants avec qui nous travaillons", prévient Marc Kerangueven.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess