Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : une fermeture "injuste" pour l'institut de beauté "Le bar à ongles" à Auxerre

-
Par , France Bleu Auxerre

Ce samedi soir les commerces non-essentiels baisseront le rideau pour les quatre prochaines semaines. Si certains comme coiffeurs et libraires ne sont plus concernés par ce confinement, ce n'est pas le cas des instituts de beauté comme le bar à ongle à Auxerre.

Les instituts de beauté comme le bar à ongle à Auxerre vont baisser le rideau pour quatre semaines à partir de ce samedi soir.
Les instituts de beauté comme le bar à ongle à Auxerre vont baisser le rideau pour quatre semaines à partir de ce samedi soir. © Radio France - Delphine-Marion Boulle

Parmi les annonces d'Emmanuel Macron mercredi l'extension des fermetures de commerces à l'ensemble du territoire. Si certains commerçants auparavant considérés comme non essentiels vont rester ouverts comme les coiffeurs ou les libraires, les autres devront fermer les quatre prochaines semaines. C'est le cas des instituts de beauté comme "Le Bar à ongles" qui propose des soins esthétiques à Auxerre. Sa responsable, Florence Dussol, était notre invité ce matin dans "La nouvelle éco" vendredi matin sur France Bleu Auxerre.

Ce samedi soir, vous allez baisser le  rideau pour quatre semaines, mais certains commerces essentiels, comme les coiffeurs, restent ouverts. C'est une décision difficilement compréhensible, injuste à vos yeux ?

Légèrement injuste. Tout en sachant que les coiffeurs et les instituts de beauté font partie quand même d'un bien être et d'un besoin. Les gens actuellement sont quand même dans une situation très très difficile psychologiquement. Ils ont besoin de se détendre un petit peu. La pression est forte et bloquer la porte des instituts de beauté. Je pense que c'est totalement injuste.  

Côté client, ça veut dire que vous allez devoir avancer, décaler les rendez vous jusqu'à ce vendredi soir ? Côté salariés, ça veut dire aussi du chômage partiel pour vos deux employés?  

Tout à fait. Chômage partiel, bien sûr. Concernant les horaires d'ouverture, j'ai fait revenir une employée qui était en congé et nous allons élargir donc notre notre planning pour pouvoir satisfaire un maximum de personnes. 

Vous êtes aussi propriétaire de la boutique éphémère et du magasin La Broc, qui est aussi rue du Temple. Pour vous, ces quatre semaines de fermeture vont être un gros manque à gagner ? 

Effectivement, c'est un gros manque à gagner. La boutique éphémère, j'avais des exposants qui venaient une semaine, deux semaines. Evidemment  aucun revenu ne va rentrer de cette boutique. La Broc c'est très compliquée puisque ce sera aussi totalement fermé. Je vais tenter de faire des ventes en live mais je vais voir ce que ça va donner puisque le click and collect, apparemment, est aussi suspendu. Donc, on va faire comme on va pouvoir, mais ça risque d'être très, très compliqué. 

-
- © Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess