Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : une fleuriste des Pyrénées-Orientales distribue tout son stock aux soignants

-
Par , France Bleu Roussillon

Contrainte de suspendre son activité pour cause de reconfinement, la fleuriste de Saint-Etsève Muriel Marcenac a décidé de donner les fleurs qu’elle ne peut plus vendre au personnel hospitalier.

Illustration
Illustration © Maxppp - PATRICK GUIGUENO

Des bouquets de fleurs déposés sur les capots des voitures du personnel de l’hôpital. Depuis le début de la semaine Muriel Marcenac et les employés de son entreprise de vente en gros de fleurs distribuent leurs stocks invendus aux soignants. "J’avais fait la même chose lors du premier confinement. Ça leur fait une jolie surprise à la fin de la journée. Ils sont débordés et émotionnellement, c’est compliqué. Un peu de soutien c’est important et puis je déteste le gaspillage ! Tant que j’ai des stocks je vais continuer à distribuer".

"Faire quelque chose de constructif"

Et des stocks ce n’est pas ce qui manque. "J’en ai encore plus qu’au printemps dernier. En tant que grossiste, je travaille avec la grande distribution et j’avais des commandes et des réservations qui avaient été passés donc il y a encore des réserves à écouler. Nous allons donc distribuer des fleurs non seulement à l’hôpital, mais aussi aux cliniques".

Malgré ce reconfinement et cette nouvelle suspension d’activité, Mureil Marcenac garde le moral. "Même dans le négatif il faut arriver à tirer du positif. Dans l’adversité parfois on se retrouve encore plus fort. Plutôt que de pleurer sur ma marchandise, mieux vaut faire quelques chose de constructif et aller de l’avant".

L'interview de Muriel Marcenac est en réécoute ici.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess