Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Le plan Alerte enlèvement déclenché dans les Vosges pour retrouver Mia, une fillette de 8 ans enlevée par trois hommes
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La Nouvelle Eco : Une maison d’édition landaise 100% féminine

-
Par , France Bleu Gascogne

A l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, parole à une femme : Patricia Martinez. Femme entrepreneur, passionnée par son métier. Elle s’est lancée dans l’univers de l’édition. Avec 2 autres femmes, elle a créé Passiflore à Dax.

Patricia Martinez entourée de livres chez Passiflore à Dax
Patricia Martinez entourée de livres chez Passiflore à Dax - Cyrille Vidal

La maison d’édition Passiflore, à Dax, a vu le jour en 2009 : derrière cette création, 3 femmes : Patricia Martinez, Florence Defos Durau et Sylvie Cazaban. Pour Patricia, la journée internationale des droits des femmes représente beaucoup de choses : « Nous avons la chance de vivre dans un pays où il nous est possible d’entreprendre, de nous faire entendre, même si tout n’est pas parfait. » L’éditrice dacquoise fait référence entre autres à la parité, qui est encore loin d’exister dans de nombreux domaines. « Le fait qu’il y ait une journée dédiée aux droits des femmes, cela veut dire qu’on représente une minorité, qu’on représente une cause à défendre. »

Passiflore, c’est une belle réussite, avec une équipe 100% féminine. Le secret de cette réussite c’est peut-être justement la caractéristique féminine, révèle Patricia Martinez. « On laisse parler notre cœur. ». Elle insiste sur la place des émotions. Pas de calcul. Elle explique que des maisons d’édition calculent, fixent une ligne éditoriale en fonction de la mode. Chez Passiflore, chaque membre de l’équipe écoute son cœur.

Interview de Patricia Martinez dans la Nouvelle Eco, à écouter ici.

Les débuts en 2009

Quand les 3 femmes se lancent dans l’aventure de l’édition, elles ont peu de moyens, pas de local : elles travaillent chez elles. Elles n’ont pas beaucoup de livres. Patricia, Florence et Sylvie sont parties doucement, avec une maison d’édition peu connue, et avec des personnes qui venaient se faire publier pas connues non plus. Petit à petit, elles ont réussi à se faire un nom.
Pari gagné, d’autant que dans le monde de l’édition, économiquement, explique Patricia, « les marges sont très étroites, il y a une prise de risque très importante, il ne faut pas se tromper au niveau du nombre d’ouvrages à imprimer : c’est semé d’embûches, mais c’est passionnant. »

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

L’année 2021 et ses incertitudes

Le début d’année est compliqué pour la maison d’édition. Patricia Martinez confie avoir quelques insomnies. Elle a du mal à se projeter à la fin de l’année 2021. Malgré tout, elle s’accroche : « cela ne va pas nous empêcher de nous battre et de faire entendre la voix des femmes. » Elle cite plusieurs autrices, comme Chantal Detcherry, qui a reçu un prix de l’Académie Française, précisément celui de la Nouvelle en 2020. Autre exemple : Marie-Laure Hubert Nasser. Son 4ème titre est publié par Passiflore, avec une histoire de femmes qui ont plus de 70 ans et qui ont le droit d’aimer et de rêver.

La Chronique Eco sur France Bleu Gascogne, c’est du lundi au vendredi à 7h15.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess