Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

"La nouvelle éco" : une Sarthoise lance sa gamme de maroquinerie issue de chambres à air

-
Par , France Bleu Maine

Non pas du cuir mais des chambres à air! La Sarthoise Ingrid Miard lance la "Roucyclette", une marque de produits de maroquinerie fabriqués à la main, à base de déchets issus des pneus de tracteurs. Nouvelle illustration d'une reconversion professionnelle vers un métier "qui a du sens".

Ces créations sont vendues sous la marque "La Roucyclette".
Ces créations sont vendues sous la marque "La Roucyclette". - Ingrid Miard

Depuis le confinement, de nombreux Sarthois cherchent à changer de vie professionnelle. Certains, comme Ingrid Miard, ont franchi le pas. Cette habitante du secteur du Grand-Lucé vient de lancer sa ligne de produits de maroquinerie issus de chambres à air recyclées. "J'avais envie de créer des objets de mes mains et d'avoir, à mon échelle, un impact sur l'environnement", explique l'entrepreneuse qui partage sa vie entre la Sarthe et la région parisienne. "J'aime beaucoup l'idée de redonner une seconde vie à un matériau considéré comme un déchet en fabriquant un objet du quotidien utile et, si possible, esthétique", ajoute-t-elle. 

Entièrement cousu main 

Les chambres à air qui lui servent de matière première proviennent de "tracteurs et engins du secteur du bâtiment et des travaux publics", collectés près de son domicile, non loin du Grand-Lucé. Après des heures de travail, ces chambres à air deviennent des portes-clés, des étuis à lunettes, des trousses et autres portes-monnaies. "La matière est solide, très facile d'entretien et durable", explique la Sarthoise, fondatrice de cette marque baptisée "La Roucyclette". Ces créations  - exposées jusqu'au 31 octobre 2020 dans le centre commercial Jacobins au Mans - affichent un prix assez proche des produits issus de la maroquinerie classique. "Je n'achète pas la matière première. Mais toute est cousu main : cela demande du temps", justifie Ingrid Miard. 

Ecoutez la chronique "La nouvelle éco" de 7h15 sur France Bleu Maine 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess