Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : une start-up francilienne recycle les masques usagers pour en faire des briques

-
Par , France Bleu Paris

La start-up GobUse récupère les masques dans deux supermarchés SuperU à Noisy-le-Hrand et Neuilly-sur-Marne pour les recycler. Cette start-up travaille d'habitude au recyclage de gobelets en plastique.

La start-up GobUse recycle pour le moment entre 600 à 800 masques par semaine.
La start-up GobUse recycle pour le moment entre 600 à 800 masques par semaine. © Maxppp - Vanessa Meyer

Comment recycler les masques usagers que nous portons tous désormais au quotidien ? La start-up GobUse, basée dans l'Essonne, a trouvé une solution : les recycler en briques de constructions. Son fondateur Matthieu Obringe-Lukasi répond aux questions de France Bleu Paris.

France Bleu Paris : comment se passe le recyclage des masques ?

Aujourd'hui, ils deviennent ce qu'on appelle un matériau d'architecture, qu'on appelle des briques. C'est fabriqué avec l'aide de notre start-up partenaire FabBrick. On a pour habitude de travailler avec des ESAT, (établissement et service d'aide par le travail),  qui emploient des adultes handicapés, nous travaillons en ce moment avec un ESAT d'Etampes, on a mis en place un protocole sanitaire, avec différentes étapes. Ce protocole commence sur la borne de récupération en elle même, elle s'ouvre sans avoir besoin de la toucher, ce qui garantit une sécurité renforcée pour les opérateurs et les utilisateurs. Les masques sont lavés avant d'être traités, ils ne sont pas manipulés avant cette désinfection. Une borne va être installée au siège de Système U, on prévoit de récolter 20.000 à 25.000 masques d'ici la fin de l'année.

France Bleu Paris : c'est une bonne solution pour lutter contre la pollution que représentent les masques ?

On attaque le déchet à la source, et on évite que le masque se retrouve dans une bouche d’égout et qu'il arrive dans un milieu marin, ou tout simplement dans la nature, les rues, les parkings. Ensuite cela nous permet de fabriquer un produit qui va être utile, dans le magasin U de Noisy-le-Grand on va refaire le comptoir d'accueil en utilisant les briques fabriquées grâce aux masques recyclés.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess