Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : UUDS, l'entreprise francilienne qui désinfecte les métros et RER

-
Par , France Bleu Paris

C'est une entreprise spécialisée dans la désinfection des avions : depuis le début de la crise sanitaire, UUDS s'est reconvertie dans le ferroviaire. Elle désinfecte les rames de métro et RER franciliennes et va développer encore sa collaboration avec la RATP et la SNCF dans les prochaines semaines.

UUDS développe des techniques pour désinfecter durablement les surfaces des transports en commun franciliens
UUDS développe des techniques pour désinfecter durablement les surfaces des transports en commun franciliens - UUDS

Désinfecter les rames de métro et RER, ce n'était pas le credo de l'entreprise UUDS initialement : "on est _spécialisés dans la désinfection des avions, mais du jour au lendemain avec le coronavirus, tout a été arrêté_", lance le vice-président exécutif de l'entreprise, Julian Erhard. Il a donc fallu rebasculer l'activité vers le ferroviaire, notamment pour les transports en commun franciliens, afin de poursuivre l'activité. 

Développer de nouveaux protocoles de désinfection

Dès avril 2020, UUDS a commencé à collaborer avec la RATP et la SNCF pour prendre en charge la désinfection des rames de métro et RER. L'entreprise a dû adapter ses méthodes : "les surfaces à traiter ne sont pas les mêmes dans des trains et des avions, explique Julian Erhard. On a beaucoup de textile à désinfecter dans un avion, alors que ce n'est pas le cas dans un métro par exemple."

Depuis la mutation d'activité opérée il y a un an, l'entreprise continue d'investir pour "trouver les protocoles de traitement les plus adaptés et les plus efficaces". "Aujourd'hui, on a un _traitement qui permet de conserver un environnement sain pendant cinq jours_", précise le vice-président exécutif de l'entreprise. L'entreprise développe également des surfaces auto-décontaminantes, qu'elle compte déployer dans des bus et des rames de trains dans quelques semaines, sans doute à l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle.

Subvention de 700.000 euros  

Pour continuer à se développer, UUDS bénéficie d'une subvention de la région Île-de-France dans le cadre du plan de relance, à hauteur de 700.000 euros. "Ca nous a permis de couvrir les coûts d'études pour continuer à améliorer les méthodes de traitement et désinfection, mais aussi d'investir dans de nouveaux équipements plus efficaces", précise Julian Erhard. Certains portables et sur batterie permettent d'accélérer la cadence et de désinfecter davantage de surfaces potentiellement contaminées par le coronavirus.

"Aujourd'hui, _on traite environ 150 métros et RER chaque nuit_, indique le vice-président exécutif d'UUDS. Nous sommes en discussion pour nous déployer sur l'intégralité du réseau bus de la RATP et de la SNCF, et là on parlera de plusieurs centaines de rames désinfectées chaque nuit." En prévision, les effectifs devraient être renforcés. "Nous avons embauché une dizaine de personnes dès l'an dernier, et nous prévoyons de créer une trentaine d'emplois dans les semaines qui arrivent", en lien avec le développement de l'activité lance Julian Erhard. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess