Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La nouvelle éco : vers la relocalisation de plus de 100.000 emplois durables en Bretagne

-
Par , France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel

Le réseau Produit en Bretagne a commandé une étude qui démontre la potentielle réindustrialisation de la Bretagne. Des emplois par dizaines de milliers à créer dans l’aéronautique, dans le domaine des plastiques, des équipementiers agroalimentaires ou encore dans l'informatique et les Télécoms.

Loïc Hénaff, le président du réseau Produit en Bretagne
Loïc Hénaff, le président du réseau Produit en Bretagne - Produit en Bretagne

Produit en Bretagne, c'est un réseau de plus de 450 entreprises et organisations bretonnes créé il y a 27 ans.  Cela représente 110.000 salariés dans les tous secteurs d'activité en Bretagne. L'objectif de Produit en Bretagne, c'est de travailler ensemble pour une dynamique économique et culturelle responsable dans la région. Produit en Bretagne a commandité une étude sur les relocalisations et les localisations d'emplois potentiels en Bretagne. Cette étude démontre sur 500 secteurs d'activité et sur les cinq départements bretons qu'il y a un potentiel de plus de 100.000 emplois durables à relocaliser en Bretagne et 50.000 emplois à localiser dans les années qui viennent.

Entretien avec Loïc Hénaff, le président du réseau Produit en Bretagne

France Bleu Armorique : Quel bilan tirez-vous de l'année 2020 ? 

Loïc Hénaff, le président du réseau Produit en Bretagne : Je qualifie souvent cette année 2020 d'insensée. Certains parmi nous ont beaucoup souffert. Je pense au secteur de la culture, des festivals, mais aussi à la restauration. C'est une année noire. D'autres s'en sortent mieux, mais il y a toujours des hauts et des bas.  C'est une tempête qui dure. 80% des entreprises membres ont été durement affectés par la crise.

France Bleu Armorique : Quelle est la particularité de l'économie bretonne dans cette crise ?

Loïc Hénaff : Il faut s'en réjouir, la Bretagne est un territoire moins touché par la crise sanitaire que d'autres en France. L'ouest a été relativement épargné. La seconde particularité, c'est que 13% de l'économie bretonne dépend de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la pêche. Dans la période actuelle, ces valeurs tiennent debout. Cela a permis à la Bretagne de résister. Je salue le monde agricole qui a été une deuxième ligne fondamentale pendant la crise. 

France Bleu Armorique : Quelle est la visibilité pour 2021 ?

Loïc Hénaff : c'est très difficile d'avoir de la visibilité. Le monde est sens dessus dessous. Tout est perturbé. Les mesures qui seront prises seront essentielles. Cela va être bien difficile jusqu’à l'été au moins. Cette crise n’est pas une sprint mais un marathon. C'est un exploit pour tous de la surmonter. Il y a une montagne devant nous. Pour réussir, il faudra décomposer la reconstruction de l’économie et ne pas partir tous azimuts.

France Bleu Armorique : jeudi, vous participez à un débat organisé par le Cercle des économistes avec cette question "Va-t-on vraiment réindustrialiser la France ?" Pensez-vous qu'on peut réindustrialiser la Bretagne ?

Loïc Hénaff : J'en suis convaincu ! Depuis dix ans, le mouvement de délocalisation enclenché dans les années 80 est ralenti. La vaste délocalisation s'est arrêtée. Par contre, il n'y a pas encore de mouvement de relocalisation. C'est encore à la marge. La Bretagne est autosuffisante à 73%. On va chercher 11% de ce qui nous manque dans le reste de la France et 16% en dehors de nos frontières. La Bretagne a en elle l'essentiel de ses besoins. Cette forme de circuits courts est l'une de ses forces. Produit en Bretagne a commandité une étude sur les relocalisations et les localisations potentielles en Bretagne. Cette étude démontre sur 500 secteurs d'activité et sur les cinq départements bretons qu'il y a un potentiel de plus de 100.000 emplois durables à relocaliser en Bretagne et 50.000 emplois à localiser. 

France Bleu Armorique : Par où commencer ?

Loïc Hénaff : Nous avons identifié sept à huit secteurs porteurs de ces nouveaux emplois. Dans l’aéronautique par exemple, il y a des emplois à relocaliser en Bretagne, mais aussi dans le traitement des déchets, dans les filières d’emballages, dans le domaine des plastiques plus vertueux, des équipementiers agroalimentaires ou encore dans l'informatique et les Télécoms. Et puis, il y a la localisation des secteurs qui vont se développer dans les prochaines années comme l'énergie, les bio-matériaux et l'aquaculture. Sans oublier l'émergence d'un tourisme plus durable. Les conditions sont favorables. Les voyants sont au vert pour créer des emplois par dizaines de milliers en Bretagne.

France Bleu Armorique : Quel est le rôle du pouvoir politique dans ce domaine ?

La gouvernance politique peut accompagner, inciter, être pédagogue. Mais c'est aux entreprises d'aligner toutes les énergies et de faire en sorte qu'on se batte pour la même cause. Mettons-nous collectivement en chemin. Le sujet de la localisation et de la relocalisation est crucial. J'aimerais vraiment qu'on ne fasse pas d'erreurs, qu'on ne se marche pas sur les pieds, et qu'on ne prenne pas de retard. Il faut prendre les bonnes décisions et se mettre d'accord sur un grand projet de durabilité pour la Bretagne. L'étude commandée par Produit en Bretagne sera présentée en assemblée générale le 12 février. Notre ambition est de partager ces données à qui veut les utiliser et dessiner des projets pour la Bretagne. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess