Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

La pénurie d'anchois menace les saleurs de Collioure

mercredi 15 octobre 2014 à 18:00 Par Marion Paquet, France Bleu Roussillon

Les filets argentins n'ont péché que 750 tonnes de poisson cette année. C'est 90% de moins que l'an dernier et les saleurs de Collioure comptaient sur cette production qui représente une grosse part de leurs importations.

Les anchois sont importés d'Europe et d'Argentine puis transformés à Collioure
Les anchois sont importés d'Europe et d'Argentine puis transformés à Collioure © Radio France - Marion Paquet

L'anchois pourrait devenir un produit de luxe , si la production continue de baisser. Les pécheurs argentins ont pris dans leurs filets moins de 800 tonnes de poisson cette année, contre 18 000 l'année dernière. C'est donc plus de 90% de la production en moins qui va arriver sur les marchés européens fin de l'année, et donc aussi une grosse perte pour nos producteurs d'anchois locaux .

Florent Roque, le directeur général des Anchois Roque, à Collioure depuis 1870, est inquiet car le poisson d'Argentine représente 70% de sa production . Le reste, il l'importe d'Europe pour un total de 200 tonnes transformées par an environ. Il essaye de "compenser cette perte avec la Méditerranée, un peu aussi avec la pèche du coté de la côte de Gascogne, explique Florent Roque. Cette année, par chance, nous en avons importé plus que les années précédentes, mais malgré tout ce ne sera pas suffisant parce que nous sommes également en pénurie au niveau de l'Europe ." Il peut toutefois garantir ses ventes jusqu'en juin, mais pas au delà.

"Dans le cas d'un scénario catastrophe, l'anchois va se faire plus que rare dans nos assiettes et le prix va fortement augmenter", Florent Roque, directeur général des Anchois Roque.

penurie anchois / pif roque

Si l'entreprise familiale Roque s'inquiète pour ses 36 employés , celle des anchois Desclaux ne dramatise pas. "Ce genre de situation est déjà arrivée dans les années 1900'" , raconte Rémy Desclaux,"ça fait une vingtaine d'années que l'anchois subit des baisses constantes . Nous verrons en 2015 si nous pouvons vraiment parler de pénurie." La seule chose qui inquiète les producteurs, c'est d'avoir assez de stock pour fournir leurs clients. Les Desclaux eux aussi ont anticipé et pourrons assurer leurs commandes jusqu'en juin.

"Pas d'affolement, ça devrait rentrer dans l'ordre", Rémy Desclaux.

penurie anchois / paf desclaux

Le problème, d'après Rémi Desclaux, c'est que* les prix d'achats vont grimper parce qu' "en Italie et en Espagne, l'anchois est considéré comme un produit de luxe* , alors les producteurs sont prêts à y mettre le prix pour en avoir, les Français moins... nous estimons que le prix va grimper de 30% d'après les fournisseurs" , explique l'entrepreneur qui ne sait toutefois pas comment cette hausse va se répercuter sur son prix de vente.

Quant aux raisons de cette pénurie argentine, les fournisseurs invoquent un changement de courants marins et un mauvais temps, peu propice à la pèche à l'anchois. Les saleurs de Collioure ont d'autres pistes pour trouver du poisson, "Il y a de l'anchois en Chine" , évoquent-ils... mais ils ne savent pas s'il est de la même qualité que l'Argentin.