Économie – Social

La Peugeot 308 élue voiture de l'année 2014

Par Julie Guesdon, France Bleu Belfort-Montbéliard et France Bleu Besançon mardi 4 mars 2014 à 10:00 Mis à jour le mardi 4 mars 2014 à 11:05

La 308 de Peugeot au salon de l'automobile de Genève
La 308 de Peugeot au salon de l'automobile de Genève © MaxPPP

Bonne nouvelle pour l'automobile français, la Peugeot 308 a été désignée hier lundi "voiture de l'année 2014" à l'ouverture du salon de l'automobile de Genève. Ce prix pourrait booster les ventes de voitures du constructeur alors que le groupe PSA Peugeot Citroën est en difficultés financières.

"On a beaucoup parlé de Peugeot ces derniers temps [...] mais pas des voitures" a plaisanté Maxime Picat, le directeur de la marque automobile. Lundi 3 mars dans la soirée, il s'est vu remettre le prix de la voiture de l'année 2014 pour la Peugeot 308 à l'ouverture du salon de l'automobile de Genève.

20 % de ventes en plus

Chaque année, une cinquantaine de journalistes européens spécialisés distinguent un modèle de voiture européen, la récompense ayant pour effet d'accélérer les ventes de la voiture primée. Selon certains experts, dont Bertrand Rakoto, consultant chez D3 Intelligence, "le prix inspire de la confiance" jusqu'à entraîner "+20% de ventes en plus".

La distinction est une bonne nouvelle pour Peugeot. En difficultés financières, le constructeur automobile s'apprête à voir entrer l'État français à son capital, mais aussi son partenaire chinois avec pour objectif de redresser sa situation au plus vite.

Pour l'heure, la berline Peugeot 308 enregistre 55.000 commandes depuis son lancement, à la fin de l'année dernière. Fabriquée à Sochaux, elle sera commercialisée en Chine, premier marché automobile mondial, à l'horizon 2015.

"Une fierté"

Le prix de la voiture de l'année est une "fierté", pour Guy Miseré, représentant syndical de la CFDT au Comité d'établissement de PSA à Sochaux.

Guy Miseré, délégué syndical CFDT à PSA Sochaux

 

La Chine et l'Etat dans le capital de PSA : ce qui change - Aucun(e)
La Chine et l'Etat dans le capital de PSA : ce qui change

Partager sur :