Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

La préfecture fait appel pour bloquer l'utilisation de l'eusko par la ville de Bayonne

lundi 16 avril 2018 à 16:51 Par Thomas Schonheere, France Bleu Pays Basque

Le préfet des Pyrénées-Atlantiques a fait appel de la décision du tribunal administratif de Pau qui avait validé, fin mars, une convention de la ville de Bayonne lui permettant d'effectuer des paiements en eusko. Les partisans de la monnaie locale basque dénoncent un "mépris des territoires".

La ville de Bayonne voulait payer les associations et entreprises volontaires avec la monnaie locale.
La ville de Bayonne voulait payer les associations et entreprises volontaires avec la monnaie locale. © Maxppp - Jean-Daniel Chopin

Bayonne, France

Une municipalité ne peut pas payer avec autre chose que des euros. C'est la position du préfet des Pyrénées-Atlantiques qui vient de faire appel de la décision du tribunal administratif de Pau. Fin mars, la justice a, en effet, validé une convention de la ville de Bayonne qui lui permet d’effectuer des paiements en eusko, la monnaie locale basque. Parmi les transactions envisagées, le texte donnait plusieurs exemples comme "le versement d'indemnités aux élus et de subventions aux associations ainsi que le règlement de factures".

Les partisans de l'eusko vont "mener la bataille"

Dans un communiqué, Euskal Moneta, qui développe la monnaie locale, y voit "un bel exemple de mépris des territoires". "Cet appel nous oblige à mener une bataille contre cette tentative du gouvernement de freiner une expérimentation prometteuse", écrit Xebax Christy, le président de l'association.

La préfecture annonce que l'audience à la cour administrative d'appel de Bordeaux se tiendra le 2 mai prochain.