Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

La réforme des retraites doit mettre fin à une injustice sociale selon la CPME de la Sarthe

-
Par , France Bleu Maine

Pour Jean-François Yvon, le président de la CPME de la Sarthe, la réforme voulue par le gouvernement est absolument nécessaire pour garantir la pérennité de notre système de retraite mais aussi mettre fin à ce qu'il estime être une injustice sociale.

8.000 manifestants selon la préfecture, 18.000 selon la CGT
8.000 manifestants selon la préfecture, 18.000 selon la CGT © Radio France - Alice Kachaner

Le Mans, France

"Les régimes spéciaux  n'étaient que temporaires en 1945 et ils durent encore aujourd'hui" Jean-François Yvon a un avis très tranché sur la réforme des retraites. " Elle est indispensable"poursuit le président de la Confédération des Petites et Moyennes Entreprises (CPME) de la Sarthe. " Nous sommes un pays, une nation. Si on commence à tirer dans un sens  ou dans l'autre, ça ne va pas aller. Si on veut faire corps, il faut résoudre cette injustice sociale qui est pour moi flagrante depuis trop longtemps". Jean-François Yvon rappelle que les 5.5 millions fonctionnaires français cotisent moins que les salariés du privé. "Soit un différentiel dans les caisses de retraite de 4,4 milliards d'euros par an" selon les comptes du patron des petites et moyennes entreprises sarthoises. 

Jean-François Yvon est favorable à augmenter l'âge de départ à la retraite à condition de prendre en compte la pénibilité

Travailler plus longtemps en tenant compte de la pénibilité

Pour l'instant le gouvernement ne veut ni toucher au montant des cotisations, ni baisser le montant des pensions. Reste une solution : prolonger la durée de cotisation. Augmenter l'âge égal de départ à la retraite (62 ans aujourd'hui) ou établir un âge pivot (autour 64-65 ans) avec un système de bonus-malus, rien n'est tranché aujourd'hui. Mais pour Jean François Yvon " la France est l'un des pays européens où l'âge de départ à la retraite est le plus tôt. Je pense que l'espérance de vie augmente, qu'on est capable de calculer l'espérance de vie de tel ou tel métier et faire des aménagements en fonction de la pénibilité. Travailler plus n'est pas forcément une contrainte. On s'aperçoit que beaucoup de gens qui arrêtent de travailler ou qui partent à la retraite, tombent malades". 

Si le mouvement se poursuit, ce sont les entreprises qui vont trinquer 

Dans un communiqué la CPME "appelle les manifestants à prendre conscience de leur responsabilité et à bien peser les conséquences si le mouvement du 5 décembre devait s’installer dans la durée". Selon Jean François Yvon "Il y aura forcément des conséquences. Des problèmes pour transporter des marchandises au moment des fêtes. Les commerçants auront des difficultés à livrer, à vendre. Ils ont des échéances à payer. Ils ont déjà été fortement impactés par le mouvement des gilets jaunes". Si la grève se poursuit, Jean-François Yvon est catégorique ! " On verra des défaillances d'entreprises à n'en pas douter avec des gens qui seront au chômage et donc des coûts pour tout le monde". 

Pour Jean François Yvon, des entreprises et des commerces sarthois risquent de pâtir des conséquences de la grève si celle-ci perdure

Et selon la CPME, les plateformes internationales d’e-commerce seraient les grandes gagnantes d’une situation qui, à l’inverse, conduirait des commerçants de proximité à déposer le bilan. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu