Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le projet d'union des ports lorrains maintenu par la région et les voies navigables de France

-
Par , France Bleu Sud Lorraine, France Bleu Lorraine Nord

Les Voies navigables de France et la région Grand Est poursuivent leur projet d'union des ports lorrains. Les opérateurs actuels sont prolongés de 6 mois et un opérateur unique sera nommé pour les 3 prochaines années. La région s'engage à investir 7 millions d'euros dans les différents ports.

Laurent Hénart, président des VNF, Jean Rottner, le président de la région Grand Est et Rémy Sadocco président du SMO des ports lorrains ont présenté la feuille de route de l'union de ports.
Laurent Hénart, président des VNF, Jean Rottner, le président de la région Grand Est et Rémy Sadocco président du SMO des ports lorrains ont présenté la feuille de route de l'union de ports. © Radio France - Léo Limon

Neuf ports le long de la Moselle qui, bientôt, ne feront plus qu'un. C'est ce qu’espèrent Jean Rottner, le président de la région Grand Est, Laurent Hénart, le président du conseil d'administration de Voies Navigables de France et Rémy Sadocco, le président du syndicat mixte ouvert des ports lorrains (SMO).

Lors d'une conférence de presse organisée ce mardi 24 novembre à la maison de la région à Nancy, ils ont rappelé la volonté de créer un système de port unifié en Lorraine.

La logique d'unification est maintenue

Cette volonté existe depuis 2019. Une procédure était en cours pour créer un exploitant unique pour les trente prochaines années. Une procédure qui a été invalidée mercredi 18 novembre lors d'une réunion du SMO. Cette première option ne convenait pas au maire de Metz, François Grosdidier (LR), selon qui le projet avantageait trop les ports de Meurthe-et-Moselle.

Malgré ce refus, la région Grand Est et VNF ont souhaité maintenir ce projet de fusion. "La logique d'unification reste maintenue " mais la "copie va être retravaillée " pour un " positionnement à l'échelle nationale et européenne ", explique Rémy Sadocco, le président du SMO des ports lorrains.

Unir neuf ports lorrains pour atteindre la Mer du Nord

L'objectif est donc désormais de trouver une solution pour aboutir à l'union des 9 ports lorrains qui longent la Moselle, en direction des ports de la Mer du Nord. 

La société Rhénus Logistic et la CCI54 voient leurs contrats de gestion des ports prolongés de 6 mois. Une prolongation pour gagner du temps et nommer un exploitant pour l'ensemble des plateformes portuaires pendant 3 ans. C'est pendant ce temps que l'entité unique sera créée.

Un bel avenir pour les ports lorrains

Jean Rottner, le président de la Région Grand Est, espère " un bel avenir " pour ces ports : " Faire un chèque pour 30 ans, alors qu'il y a de nouvelles perspectives économiques à aborder et de nouveaux investissement à réévaluer, cela paraissait compliqué. On a une période intermédiaire de deux ans et demi pour choisir les bonnes modalités de cette concession. Il faudra l'envisager pour 25 ans par la suite. "

Les collectivités et la région Grand Est qui devait investir 15 millions d'euros dans les différents ports lorrains, attribueront finalement la moitié, 7 millions d'euros : " Dans les trois ans à venir les collectivités, principalement la région Grand Est, s'engagent à investir plus de la moitié des 15 millions prévus, nous serons au rendez-vous à hauteur de 7 millions pour moderniser les ports du bord de la Moselle " assure Jean Rottner. 

30 millions d'euros d'investissement

" L'investissement total prévu se chiffre à 30 millions d'euros, dont 15 millions d'investissement "lourd" concernant les aménagements et les infrastructures. On espère être gagnant au bout de quelques années ", explique de son côté Laurent Hénart.

Une unification nécessaire pour faire face à la concurrence "sinon il y aura une fragmentation trop forte et aucune visibilité à l'échelle nationale et continentale. Il nous faut ce couloir Nord-Sud pour ne pas disparaître. C'est essentiel " analyse Rémy Sadocco. Un point de vue partagé par Laurent Hénart, selon qui il faut cette union pour développer conjointement les différents ports.

" Chaque port à ses points forts et ses points faibles, certains ont un très gros chiffre d'affaire mais peu de réserves foncières. L'idée c'est de pouvoir développer tout le monde et de dire que nous faisons un seul port pour pouvoir faire des investissements massifs et nous voulons qu'ils soient coordonnés. "

La suite des opérations sera validée le 4 décembre d'une réunion du syndicat mixte.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess