Économie – Social

La région Haute-Normandie investit pour les toilettes des trains Rouen-Paris

Par Oanna Favennec, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) jeudi 5 mars 2015 à 15:49

Plus de deux millions ont été par ailleurs investis en vue de l'accueil des nouvelles rames Regiolis à la fin 2015.
Plus de deux millions ont été par ailleurs investis en vue de l'accueil des nouvelles rames Regiolis à la fin 2015. © Radio France - Oanna Favennec

Grâce à de nouvelles installations sur le site de Sotteville-lès-Rouen, en Seine-Maritime, les toilettes hors service devraient passer de 25% à 5% dans les intercités. Un aménagement financé par la région Haute-Normandie, alors même que cela ne rentre pas dans ses compétences.

La Région pense aux vessies des voyageurs. La Haute-Normandie vient d'investir près de 3 millions d'euros dans le site SNCF de Sotteville-les-Rouen. La majorité, 2.375.874 euros, est dévolue à l'accueil à la fin de l'année des nouvelles rames Regiolis. 392.000 euros sont consacrés aux installations pour vidanger les toilettes des intercités Paris-Rouen-Le Havre et Paris-Cherbourg.

"On était vidangés à 80% sur Clichy, en région parisienne, et à 20% sur Sotteville. On est dorénavant en mesure d'inverser la tendance ", promet le responsable des travaux du site de Sotteville, Nicolas Beaumont. Mathématiquement, cela devrait augmenter le nombre de toilettes en service dans les trains. Et multiplier l'efficacité par cinq.

"On n'est pas satisfaits"

La Région investit sur le sujet. Or, cela ne fait pas partie de ses compétences, rappelle Nicolas Mayer-Rossignol, le président de la Région, qui visitait le site ce jeudi matin en compagnie de Jean-Philippe Dupont, le directeur régional de la SNCF pour Paris St-Lazare, la Haute et la Basse-Normandie.

Sncf toilettes SON

Le président de la Région avait déjà interpellé deux fois Guillaume Pepy sur le fonctionnement de ces lignes. Il ne compte pas en rester là. "On n'est pas satisfaits." , précise Nicolas Mayer-Rossignol. "Il y a trois sujets : la ponctualité, la composition des trains, et le confort , et notamment la question des toilettes".

"Aujourd'hui, on doit pouvoir avoir de meilleurs résultats en terme de disponibilité des toilettes. Mais il reste les deux autres sujets." , conclut-il.  Le président de la SNCF devrait venir début avril à Rouen pour en discuter.

Partager sur :