Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La relance éco en Dordogne : les mesures sanitaires pèsent sur le budget du restaurant Au Bureau

-
Par , France Bleu Périgord

Chaque jour, France Bleu Périgord s'intéresse à une entreprise de Dordogne qui fait face à la crise du coronavirus. Ce mardi, gros plan sur le restaurant Au Bureau de Boulazac, qui a retrouvé sa clientèle, mais dont le budget est toujours impacté par les mesures barrières

Le restaurant au Bureau de Boulazac - illustration
Le restaurant au Bureau de Boulazac - illustration - Au Bureau - Boulazac

Chaque jour, France Bleu Périgord s'intéresse à une entreprise de Dordogne qui fait face à la crise du coronavirus. Ce mardi, gros plan sur le restaurant Au Bureau de Boulazac, qui a retrouvé sa clientèle, qui doit mettre un masque lors de ses déplacements dans le restaurant.

La relance éco en Dordogne : au restaurant au Bureau à Boulazac

"Dans les restaurants, c'est obligatoire depuis début juin, depuis notre réouverture. Donc cela va nous faciliter la tâche, et nous permettre de faire un peu moins de police et fournir un peu moins de masques à des clients qui les avaient oubliés", dit Jean-François Cros, le patron du Bureau à Boulazac. Plus facile, parce que certains clients étaient réticents à porter le masque. "Rarement, mais on a eu quelques réticences, on peut le comprendre ,les restaurants sont des lieux de convivialité, les masques sont une barrière contre le virus, mais aussi contre le sourire et une certaine ambiance", explique le patron.

 Il est clair que des clients nous manquent

Quant à la conjoncture, elle n'est pas évidente, même aujourd'hui. "Les débuts ont été un peu pénibles, on sentait une tension, une attente, c'était bizarre. Aujourd'hui on a un fonctionnement quasi normal. Mais après il est clair que des clients nous manquent", dit-il.

"Les mesures sanitaires pèsent lourd budgétairement parlant, elles nous interdisent d'ouvrir toutes nos tables, elles nous obligent à des process énergivores et chronovores, désinfecter les tables, avoir des sets de tables jetables, des cartes dématérialisées, tout cela a un coût, et ce coût on le retrouve plus difficilement avec une clientèle qui est là mais pas là plus que ce que l'on pourrait espérer", détaille Jean-François Cros. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess