Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

La relance de l'éco : l'appel à l'aide des micro-entreprises

-
Par , France Bleu Paris
France

Un quart des indépendants n'ont toujours pas repris leur activité depuis la crise sanitaie du coronavirus, l'Adie (Association pour le droit à l'initiative économique) demande à l'Etat de prolonger jusqu'en décembre les aides.

Photo d'illustration.
Photo d'illustration. © Radio France - Guillaume Decalf

L'Adie (Association pour le droit à l'initiative économique) publie une enquête menée auprès de plus de 4000 entrepreneurs sur les conséquences de la crise sanitaire sur leur activité. Un quart d'entre eux n'ont toujours pas repris, l'Adie appelle l'Etat à prolonger les aides jusqu'en décembre. 

Vendeurs sur les marchés, esthéticiennes, restaurateurs, maraîchers, traiteurs, fleuristes, gardes d’enfants ou d’animaux, épiciers, réparateurs de vélos, savonniers, coiffeurs à domicile, artisans du bâtiment, fabricants de biscuits, de tisanes, de bijoux, de produits cosmétiques ou d’objets artisanaux… Les 50 000 entrepreneurs soutenus par l’Adie sont représentatifs des petits entrepreneurs qui font vivre l’économie locale.

Du jour au lendemain, la quasi-totalité (94%) de ces entrepreneurs ont dû cesser totalement ou partiellement leur activité. Fin juin, un quart seulement d’entre eux avaient repris leur activité normalement, et un quart sont encore complètement à l’arrêt. Tous les secteurs sont concernés, y compris ceux qui n’ont pas été directement touchés par les mesures sanitaires.

Un quart des micro-entrepreneurs n'ont toujours pas repris leur activité depuis la crise sanitaire.
Un quart des micro-entrepreneurs n'ont toujours pas repris leur activité depuis la crise sanitaire. - Adie

Appel à l'aide

"Il ne faut pas oublier les petites entreprises, interpelle Emmanuel Landais, le directeur général de l'Adie, nous demandons à l'Etat de prolonger leurs aides comme il peut le faire pour d'autres secteurs".  L'Adie demande donc le maintien de la prime du Fonds de Solidarité, l'instauration d'une prime de relance à l'activité de 3000 euros, et la prolongation des axonérations de charges sociales et fiscales pendant 12 mois. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess