Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La relance éco : les auto-écoles de Vaucluse s'adaptent aux nouvelles contraintes sanitaires

-
Par , France Bleu Vaucluse

Chaque matin, France Bleu Vaucluse s'intéresse à une entreprise ou un secteur du département pour savoir comment elle passe le cap du déconfinement. Les auto-écoles souffrent de cette crise sanitaire mais en Vaucluse, elles s'adaptent et respectent un nouveau protocole sanitaire.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - Yves SALVAT

Les auto-écoles font face à un défi inédit. Comment apprendre à conduire tout en respectant les règles sanitaires de distanciation ? Elles redémarrent leur activité, interrompue pendant deux mois mais avec de nouvelles contraintes, comme l'explique Patrick Maujard, qui tient trois auto-écoles à Orange et une à Piolenc. Il préside aussi la branche auto-école du conseil des professionnels de l'automobile. 

"Il y a un protocole pour pouvoir rouvrir nos établissements, explique Patrick Maujard. Nous avons dû le faire approuver. Le port du masque est obligatoire puisqu'il y a moins d'un mètre de distance entre les occupants du véhicule. À chaque rotation d'élève, donc toutes les heures, l'enseignant doit désinfecter les points de contact : les poignées, les clignotants, le volant." 

Désinfection systématique des véhicules 

Tout cela prend du temps et forcément, les moniteurs peuvent accueillir moins d'élèves. "On a moins de clients dans notre journée. On a des obligations de nettoyage, d'aération, de désinfection entre chaque candidat. On estime le temps de remise en condition du véhicule à six minutes. Sur une journée, ça prend une heure à chaque enseignant." 

Pour l'heure, les examens du permis moto sont prioritaires, puis les poids lourds. Les candidats au permis B passeront leur examen à partir de mi-juin. Les inspecteurs demandent le port de la visière mais "attention, prévient Patrick Maujard. Si elle est trop solide et que l'airbag se déclenche, cela pourrait blesser les occupants". 

Les délais pour passer son permis pourraient s'allonger. "Un inspecteur examine théoriquement 13 candidats par jour, à raison de 32 minutes par candidat. Avec le nouveau protocole, on perd du temps. Onze candidats seulement sont examinés par jour. Mais si on est prêts, on passe le permis dans des délais relativement raisonnables, dans les 15 jours. Là où on perd du temps, c'est si l'élève est ajourné. Avant, pour repasser le permis, il fallait compter 45 jours. Maintenant ça risque de doubler." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess