Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : "2020, une année noire" selon le Président du Tribunal de Commerce d'Amiens

-
Par , France Bleu Picardie

A cause de la crise du coronavirus, le Président du Tribunal de Commerce d'Amiens table sur 20 à 25% d'entreprises supplémentaires en liquidation ou en redressement à la fin de l'année 2020.

Illustration - Tribunal de Commerce
Illustration - Tribunal de Commerce © Radio France - Antoine Denéchère

Quelles seront les conséquences économiques de la crise du coronavirus dans le département de la Somme ? Difficile à mesurer alors que certains secteurs comme l’industrie ou le commerce redémarrent tout doucement et que d’autres, comme la restauration sont toujours à l’arrêt. 

L’un des indicateurs pour évaluer l’ampleur de cette crise, c’est le nombre de dossiers reçus par les Tribunaux de Commerce. A Amiens, "la situation est stable", explique son Président, Gérard Diruy.

2020 année noire

Sur la même période par rapport à l’an dernier, le Tribunal de Commerce d’Amiens n’a pas traité plus de dossiers mais Gérard Diruy prévient, "je pense qu'il y aura 20 à 25% de sociétés supplémentaires en liquidation ou en redressement en fin d'année par rapport à 2019". 

Gérard Diruy, Président du Tribunal de Commerce d'Amiens

S'il n'utilise pas forcément le terme de "catastrophe économique" et qu'il croit au redressement, Gérard Diruy ne cache pas que "2020 sera une année noire".

Pour l'instant, les entreprises les plus fragiles, celles qui suivait déjà un plan de sauvegarde ou de relance sont les premières à solliciter le Tribunal de commerce. Mais beaucoup d’autres, encore protégées par le chômage partiel, ou qui ont pu respirer un peu avec un prêt garanti par l’Etat pourraient les imiter, au moment où ces dispositifs de soutien seront épuisés. 

Aucun secteur épargné

"Aucun secteur ou presque ne devrait être épargné", estime Gérard Diruy qui cite la restauration, le commerce, le bâtiment mais aussi l’industrie, quelle que soit la taille de la société. Des entreprises qui doivent en plus, pour redémarrer assumer les surcoûts de la mise en place des mesures sanitaires.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu