Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
EN DIRECT - Paris : quatre personnes blessées à l'arme blanche, un suspect interpellé
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

La Relance Eco : trois questions à ArcelorMittal Florange

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Elle est l'une des entreprises industrielles emblématiques de la Moselle et de la vallée de la Fensch : la Relance Eco de France Bleu Lorraine s’intéresse aujourd'hui à ArcelorMittal Florange, entre reprise de l'activité, chômage partiel et fermeture de la cokerie.

L'usine à froid d'ArcelorMittal à Florange
L'usine à froid d'ArcelorMittal à Florange © Maxppp - Julio PELAEZ

Malgré l'arrêt définitif de ses hauts-fourneaux, malgré la fermeture annoncée durant le confinement de sa cokerie de Sérémange-Erzange, la vallée de la Fensch vit toujours au rythme d'ArcelorMittal. Le géant de la sidérurgie emploie plus de 2000 salariés à Florange à la production d'acier pour l'emballage, l'automobile et l'industrie. Son directeur aux relations institutionnelles dans le Grand Est, Antoine Solimine fait le point sur la reprise de l'activité pour la Relance Eco de France Bleu Lorraine.

Quel est le niveau actuel de la production chez ArcelorMittal ? 

Nous avons deux grands secteurs. Un secteur du packaging et de l'emballage alimentaire tout d'abord. Dans cette crise, c'est un marché soutenu. Nous vivons une année normale, voire mieux. Nous avons aussi participé à ce titre à l'opération Résilience. Après, il y a le secteur de l'automobile, qui compte beaucoup pour ArcelorMittal, notamment sur Florange. Là, nous suivons l'évolution de la demande auto. C'est à dire un deuxième trimestre (2020) difficile, à à peu près 50% de l'activité. On voit une relance au troisième trimestre avec la demande auto qui évolue mais cela reste loin d'une activité pleine pour cette fin d'année.

Y a-t-il encore des salariés en chômage partiel ? 

Oui bien-sûr. Compte tenu du taux d'activité que je viens de vous dire. Et puis il y a eu un énorme travail sanitaire pour que les gens travaillent dans les meilleures conditions possibles et sans prendre de risques. Et puis, quasiment la totalité de ceux qui sont plus éloignés de la production est encore en télétravail. Et nous allons continuer à avoir des mesures sanitaires très stricts au niveau de la société.

La fermeture de la cokerie a été vécue comme un choc... 

La fermeture de la cokerie, dans la stratégie industrielle de la société, était inscrite et avait déjà été communiquée aux partenaires sociaux sur ce cadre-là. Parce que le besoin en fonte pour faire de l'acier va diminuer, avec des investissements pour augmenter le recyclage de l'acier ou avoir d'autres technologies plus vertes. Maintenant, avec l'activité qui a chuté au mois de mars, cela a effectivement accéléré les choses. Mais pas de plusieurs années... Stratégiquement, l'arrêt de la cokerie était déjà inscrit dans le marbre. 

Retrouvez la chronique "la relance éco" à 7h15 tous les jours sur France Bleu Lorraine Nord.

France Bleu Sud Lorraine est à vos côtés pour vous accompagner pendant la période de déconfinement. Chaque jour à 7h15, votre radio s'intéresse à une entreprise emblématique de notre région (fleuron industriel, club de sport, association, restaurant, etc.). Comment se porte-t-elle ? Quels enseignements tire-t-elle de cette pandémie de coronavirus ? Comment se projette-t-elle dans l’avenir ?

Choix de la station

À venir dansDanssecondess