Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco

La relance éco : à Amiens, au camping des cygnes, une reprise en dents de scie

-
Par , France Bleu Picardie

Rouvert depuis le 6 juin, le camping des cygnes d'Amiens retrouve des touristes mais observe une baisse de sa fréquentation par rapport aux étés précédents. Et un changement des habitudes des clients.

Julie Morand, responsable du camping des Cygnes à Amiens, et son équipe ont vu la fréquentation diminuer depuis le déconfinement.
Julie Morand, responsable du camping des Cygnes à Amiens, et son équipe ont vu la fréquentation diminuer depuis le déconfinement. © Radio France - Hortense Crépin

Depuis plus de deux mois, le camping des cygnes d'Amiens accueille de nouveau des vacanciers. Mais c'est une reprise en dents de scie, avec de nouvelles habitudes de location et une clientèle différente des années passées explique Julie Morand, responsable du camping

Comment se passe la reprise depuis la réouverture du camping ?

Nous devions rouvrir le 1er avril et avec le confinement, on a seulement pu rouvrir le 6 juin. La première semaine a été calme car les frontières étaient toujours fermées. Puis après leur ouverture, ça s'est lancé tout doucement. On a eu un bon week-end du 14 juillet et jusqu'au 15 août, ça s'est bien passé. Mais si l'on compare à l'année dernière, c'est beaucoup moins bien en terme de fréquentation : le taux d'occupation est de 35 à 40 %. Et le coup dur pour nous a vraiment été de ne pas avoir de protocole sanitaire validé par le gouvernement, même si la fédération de camping-car en plein air a tout fait, nous a envoyé un protocole très utile. Mais on attendait l'aval du gouvernement pour être sûr qu'on fasse bien les choses. C'était ça qui était dur.

D'où viennent les touristes qui sont de retour au camping ?

Environ 65 % de Français, 30 % d'Allemands. Et après, des Belges, des personnes des Pays-Bas. Et on a eu un petit peu de Britanniques mais là, avec les nouvelles réglementations, ils sont tous repartis donc c'était minime.

Avez-vous pu mesurer une perte de chiffre d'affaires sur cette période ?

Sur le mois de juillet, on a perdu un tiers de chiffre d'affaires. C'est vraiment en dents de scie, c'est très aléatoire. Les gens partent du jour au lendemain et se disent ensuite qu'ils verront combien de temps ils restent. Et ça, je pense que c'est à cause du Covid. Avant, les gens étaient plus organisés en planifiant leurs vacances. Et là, ils partent en week-end et voient comment ça se passe. Par contre, la fréquentation dans les mobil-homes a augmenté. Les personnes étaient plus rassurées de passer une semaine dans un mobil-home désinfecté que de prendre la caravane. Les camping-caristes sont dans leur camping-car. Mais ceux qui sont en tente ou en caravane ont préféré prendre un mobil-homme cette année.

Retrouvez l'intégralité de l'interview de Julie Morand sur France Bleu Picardie dans la relance éco :

Reprise en dents de scie au Camping des cygnes à Amiens

Choix de la station

À venir dansDanssecondess