Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La relance éco, France Bleu à l’heure du déconfinement

"La relance éco" : à Bordeaux, Elise recycle les déchets des entreprises et trouve de nouvelles formules

-
Par , France Bleu Gironde

Alors que Bordeaux rime désormais avec écolo, Elise est une société dans l'air du temps. Mais l'expansion du télétravail remet son modèle en question.

Frédéric Petit dans l'entrepôt d'Elise dans le quartier Brazza à Bordeaux.
Frédéric Petit dans l'entrepôt d'Elise dans le quartier Brazza à Bordeaux. © Radio France - Yves Maugue

La société Elise, installée sur la rive droite à Bordeaux, est spécialisée dans la gestion des déchets des entreprises. Comme beaucoup d'autres a perdu une grande partie de son activité pendant le confinement. Pas facile d'aller chercher des déchets dans des entreprises désertées par les salariés. L'activité a chuté de 80%, mais le patron Frédéric Petit a tenu à maintenir un service minimum avec des équipes qui venaient à tour de rôle dans les entrepôts situés au pied du pont Chaban-Delmas dans le quartier Brazza. Il s'agissait de garder le lien avec les salariés. Sur 59 employés, 45 sont en situation de handicap. 

Des idées neuves pour s'adapter.

Depuis le déconfinement, Elise a repris quasiment à 100% ses activités. Mais le télétravail qui reste important va obliger l'entreprise à se réinventer.  Avec le télétravail, effectivement, les déchets produits par les entreprises diminuent. Frédéric Petit compte transformer cette difficulté en opportunité. "Une entreprise de 500 salariés qui en a 300 en télétravail produit bien sûr moins de déchets, précise-t-il. Mais on a déjà connu la baisse de la consommation de papier de bureau avec la numérisation. il faut que l'on se réinvente. Si on va chez des clients prendre des déchets, on peut envisager d'amener quelque chose. On pourrait stocker du matériel bureautique pour de grosses entreprises et l'emmener ensuite. En tous cas, nous allons devoir nous adapter".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu