Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La relance éco, France Bleu à l’heure du déconfinement

"La relance éco" : à Bordeaux, la CCI réclame un coup de pouce de l'État

-
Par , France Bleu Gironde

Privée des ressources de l'aéroport de Bordeaux ou des salons Vinexpo, la CCI Bordeaux Gironde compte sur le soutien des députés pour faire pression sur le gouvernement.

Seules cinq manifestations sont programmées au palais de la Bourse d'ici la fin de l'année.
Seules cinq manifestations sont programmées au palais de la Bourse d'ici la fin de l'année. © Maxppp - Stéphane Lartigue

La Chambre de commerce et d'industrie est là pour aider les entreprises à passer le cap de la crise. Mais en fait, la CCI souffre également financièrement dans cette période très particulière. Patrick Seguin, son président attend un geste du gouvernement et des parlementaires. Depuis l'an dernier, l'Etat a décidé de prélever les taxes des entreprises qui, habituellement, finançaient les CCI. A Bordeaux, cela représente 12 millions d'euros par an, soit à peu près la masse salariale des 170 employés de la chambre. La CCI a donc mis en place des services payants aux entreprises pour continuer à fonctionner. Le problème, c'est qu'avec le confinement, ce système s'est arrêté et les services ont bien évidemment été rendus gratuitement. Aujourd'hui, la CCI de Bordeaux réclame à l'Etat un report des prélèvements, pour pouvoir passer le cap et continuer à soutenir les milieux économiques locaux. Un amendement a même été signé par plus de 120 députés en France. en Gironde, seules Sophie Panonacle sur le Bassin d'Arcachon et Catherine Fabre à Bordeaux en font partie. 

Ce sera zéro cette année.

Les autres sources de revenus de la Chambre tardent également à repartir. Si le déconfinement a souvent été synonyme de relance, ce n'est pas vraiment le cas forcément pour les activités de la CCI de Bordeaux Gironde. "Nous sommes en fait une grosse entreprise avec des filiales, explique Patrick Seguin. Nous sommes deuxième actionnaire de l'aéroport et nous touchons habituellement entre 1,8 et 2 millions d'euros par an. Ce sera zéro cette année. Vinexpo, cette année, ce sera également zéro salon. Il y a Kedge Business School qui tourne au ralenti, le centre de formation du Lac qui a réduit la voilure. Quant au Palais de la bourse qui avait accueilli 360 manifestations l'an passé. Il n'y en a que cinq prévues d'ici la fin de l'année". Patrick Seguin cherche des sources d'économies pour compenser. Le projet de développement de l'aéroport a été revu et corrigé. Pour Vinexpo, l'idée est de programmer l'an prochain tous les salons annulés cette année.  

La "relance éco", à écouter tous les matins à 7h15 sur France Bleu Gironde.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess