Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : 100% CSBJ

La relance éco : à Bourgoin Jallieu, haut les masques pour deux anciens rugbymen

-
Par , France Bleu Isère

Chaque jour, France Bleu Isère accompagne celles et ceux qui font redémarrer l'activité économique du département. Aujourd’hui, l'histoire de deux anciens joueurs du CSBJ Rugby, reconvertis dans le commerce d'équipements sportifs, et qui, depuis la crise, vendent des masques personnalisables.

Les masques répondent aux normes Afnor et peuvent être customisés avec des logos d'entreprises ou d'associations
Les masques répondent aux normes Afnor et peuvent être customisés avec des logos d'entreprises ou d'associations - site internet www.sport-intendance.fr

Albin Louchard et Maël Moinot ont quitté depuis quelques années maintenant les terrains du top 14 et de la Pro D2 de rugby sur lesquels ils ont porté notamment les couleurs du CSBJ. Jeunes retraités du sport de haut niveau, ils ont lancé en 2013 "Sport Intendance", une société spécialisée dans la vente de textile et de matériel de sport à destination des clubs, des associations sportives, des collectivités et des comités d’entreprises. Or à la mi-mars avec le confinement, leur carnet de commandes s'est brutalement vidé. Ils ont du se réinventer et vendent désormais des masques réutilisables mais surtout, et c'est ça leur originalité, des masques "customisables". Albin Louchard est l'invité de "la relance éco" de France Bleu Isère ce jeudi.  

Ecoutez l'interview d'Albin Louchard sur France Bleu Isère

Avec le coronavirus, vous avez dû opérer une sorte de "reconversion" dans votre reconversion ?  

On peut dire ça comme ça, ça s'est fait de manière inattendue. On travaillait sur le sport, les équipements, avec des carnets de commandes qui sont tombés à zéro en très peu de jours avec l'arrêt de toute pratique sportive. On vendait du matériel, des accessoires pour la pratique de plusieurs disciplines, on était revendeurs multi-marques. Et à côté, on travaillait déjà avec six ou sept usines à l'étranger pour faire de la production textile. C'est une chance, car c'est ce qui nous a permis de nous réorienter tout de suite dans la production de masques, puisque nous étions sous contrat avec ces usines.

Qu'est ce qu'ils ont de particulier vos masques ? 

L'idée de base c'est qu'on a fait des masques avec différents motifs. On s'est dit, quitte à vivre une période un peu triste autant faire des trucs jolis. Donc on a imaginé 13 produits avec des motifs sympas. Des licornes pour les petites filles, des "super héros" pour les petits garçons, etc... et puis parallèlement on a été très vite sollicités par des entreprises pour faire des masques avec leur logo. On n'y avait pas forcément pensé nous-mêmes, mais on a pu très vite répondre à la demande. Notre activité s'est très vite emballée.  

Les Brûleurs de loups (club de Hockey de Grenoble) portent des masques qui viennent de chez vous, à quand le logo du CSBJ sur des masques ?  

On n'a pas encore été sollicités. Mais pourquoi pas... (rires) Pour les brûleurs de loups, ça s'est fait de manière indirecte. Ils sont passés par un magasin qui revend nos masques. C'est ce qui est important aussi pour nous. Nous avons eu la chance de trouver un créneau avec ces masques pour sauver notre entreprise et notre personnel, mais parallèlement aujourd'hui il y a 76 magasins indépendants sur toute la France, qui travaillent avec nous et qui vendent nos produits. Ça leur permet aussi de maintenir une petite activité, puisque les magasins de sports sont terriblement impactés par la crise. Là ils arrivent à faire une petite marge sur nos masques et ça les maintient en vie.

Au-delà des dessins et des logos, qu'en est-il de la qualité sanitaire de vos masques ?

Ce sont des masques qui répondent aux normes Afnor validées par l'État français. Ils sont certifiés par la direction générale des armées. L'idée c’était d'avoir un produit efficace et fiable pour nos clients. 

______________________________________________________
France Bleu Isère est à vos côtés pour vous accompagner pendant la période de déconfinement. Chaque jour à 7h17, votre radio s'intéresse à une entreprise emblématique de notre région (fleuron industriel, club de sport, association, restaurant, etc.). Comment se porte-t-elle ? Quels enseignements tire-t-elle de cette pandémie de coronavirus ? Comment se projette-t-elle dans l’avenir ?

Choix de la station

À venir dansDanssecondess