Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La relance éco, France Bleu à l’heure du déconfinement

La relance éco : à Carpentras, l'entreprise de vrac "Un air d'ici" fait son trou grâce au confinement

-
Par , France Bleu Vaucluse

Tous les jours, France Bleu Vaucluse accompagne les entreprises dans le redémarrage de leur activité. Direction Carpentras, où l'entreprise "Un air d'ici", spécialiste du vrac, surfe sur un marché porteur.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Radio France - Xexili Foix

À Carpentras, "Un air d'ici" se positionne sur un marché porteur, de plus en plus en vogue : le vrac. Elle fournit les grandes et moyennes surfaces en pâtes, riz, fruits secs, céréales, thé sous la marque "Juste bio". Elle emploie 110 personnes. Franck Bonfils en est le créateur et dirigeant. 

Alors que nous ne pouvons mettre nos mains partout, le vrac est "tout à fait compatible avec les règles d'hygiène, au moins autant que les produits emballés, explique Franck Bonfils. Prenons des amandes. Elles sont mises en trémie (distributeur d'aliments) par notre personnel, qui ne touche pas le produit. Cette trémie hermétique est fermée. Le consommateur touche la poignée de la trémie comme il pourrait toucher la poignée d'un caddie. Il met ses amandes dans un sachet kraft réutilisable. Tout au long de l'acte d'achat, le produit n'a jamais été touché". 

Au début de l'épidémie, les Français ont fait le point de nourriture non périssable. "On a eu pendant les premières semaines une surconsommation de fruits secs, de pâtes, de riz. Mais on ne peut pas non plus parler de phénomène de stockage, on n'a pas eu un chiffre d'affaires qui s'es développé de manière exponentielle". 

Le défi du plastique 

Mais Franck Bonfils prédit un bel avenir au vrac. "Les gens ont envie de consommer différemment. On a vu de manière opportuniste des lobbyistes du plastique utiliser l'hygiène et la peur du Covid-19 pour justifier une demande de moratoire sur la loi qui prévoit la suppression du plastique à usage unique, qui est une catastrophe écologiste. Un désastre est en cours, des milliards de masque sont utilisés, des gants, des blouses, etc. Ces objets ne sont pas traitables. Il faut donc réduire de manière drastique nos emballages".  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess