Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

"La Relance Éco" : à Châteauroux, un magasin pour enfants ouvre juste après le déconfinement

-
Par , France Bleu Berry

Ouvrir une boutique quelques jours après le déconfinement et en pleine crise économique, le pari est osé. Mais à Châteauroux, la gérante de "Little Bach" veut croire en son projet.

Le magasin pour enfants "Little Bach" a ouvert à Châteauroux neuf jours après la fin du confinement
Le magasin pour enfants "Little Bach" a ouvert à Châteauroux neuf jours après la fin du confinement - -

La France en est sans doute qu'au début de la crise économique après l'épidémie de Covid-19. Le gouvernement multiplie les plans de relance pour les secteurs économiques. Dans ce contexte, l'ouverture d'une boutique dans le centre-ville de Châteauroux attire immédiatement l'attention. Avec sa devanture bleue, au pied du Building, "Little Bach" se remarque de loin. 

Le bail du local commercial signé trois jours avant le confinement

A l'intérieur, c'est le paradis pour les enfants. "On a des peluches, des doudous, des idées de cadeaux pour les enfants de 0 à 10 ans", précise la gérante Amélie Brissot. "La situation est particulière mais je crois toujours en l'avenir. Les gens seront au rendez-vous si on a la qualité des produits et de la diversité", ajoute-t-elle.

Amélie Brissot est d'un naturel optimiste. Du courage, de l'abnégation, de la volonté, il en faut toujours au moment de lancer un magasin. Mais encore plus en cette période très incertaine. La gérante ne nie pas les difficultés. "Ouvrir une boutique en plein confinement, c'est vrai que ça reste compliqué. J'ai signé mon bail trois jours avant le confinement", se rappelle Amélie Brissot. 

Pendant deux mois, il faut mettre au chômage partiel l'unique salariée du magasin. La propriétaire des locaux fait don d'un mois de loyer. "J'ai eu cette chance d'avoir une propriétaire compréhensive. Mais d'avoir toutes les autres charges et zéro rentrée d'argent, c'est assez anxiogène", confie la gérante de "Little Bach".

Pas question de renoncer à l'ouverture

La boutique pour enfants devait ouvrir début avril au plus tard. Pendant le confinement, Amélie Brissot en profite pour faire elle-même les travaux avec son compagnon et son père. Elle se met également "en mode survie". "Il fallait se dire comment continuer sans couler. C'était sauve qui peut. Je me suis bagarrée ne pas faire d'achats compulsifs, ne pas faire de dépenses supplémentaires et que tout soit millimétré", explique-t-elle.

"Little Bach" est désormais ouvert depuis une semaine. Le jour de l'ouverture, mercredi 20 mai, de nombreux clients sont venus. De quoi conforter Amélie Brissot dans son choix de ne pas renoncer. "Quand on a un projet, qu'on y a pensé, qu'on y travaille très durement, on ne se dit pas qu'on va fermer. Coûte que coûte il fallait l'ouvrir. Et puis on va voir comment ça va se passer derrière", explique-t-elle, très reconnaissante à l'égard du maire de Châteauroux, qui a partagé sur les réseaux sociaux l'ouverture de la boutique.

Malgré tout, Amélie Brissot a bien conscience de la période certaine traversée actuellement. "Il va falloir très certainement se bagarrer pour rester en place. Little Bach devait se développer aussi au premier étage avec des animations pour les enfants, des anniversaires. Malheureusement, il va falloir attendre un peu", conclut-elle.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess