Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La relance éco : à Châtillon-le-Duc, le magasin Self Tissus ouvre avec un mois de retard

-
Par , France Bleu Besançon

Chaque jour, France Bleu Besançon s'intéresse à une entreprise de Franche-Comté à l'heure du déconfinement. Ce mardi, l'entreprise Self Tissus, à Châtillon-le-Duc. Son gérant, Anthony Poyer, est ravi de pouvoir ouvrir après un mois de retard causé par l'épidémie de coronavirus.

Pour ouvrir, Self Tissus à du mettre en place tout un protocole sanitaire face au coronavirus.
Pour ouvrir, Self Tissus à du mettre en place tout un protocole sanitaire face au coronavirus. - Anthony Poyer

Spécialisé dans la vente de tissus, Self Tissus propose tout le nécessaire pour effectuer des travaux de couture.  En plus de l'espace boutique, Self Tissus propose un bar un coudre, avec des machines à disposition ainsi que des ateliers couture encadré par un animateur. 

L'enseigne a ouvert il y a quelques jours avec plus d'un mois de retard, en raison de l'épidémie de coronavirus. "On devrait ouvrir le 11 avril normalement, mais avec le covid, on a été bloqué", explique Anthony Poyer, le gérant de Self Tissus. 

Paradoxalement la vente de tissus est devenu commerce essentiel avec la crise sanitaire mais "ce n'était pas la volonté de départ" explique Anthony Poyer. "L'idée c'est vraiment de proposer un magasin à vivre ou les vendeurs sont avant tout des conseillers".

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Une ouverture en pointillés

Après un mois d'attente, le magasin a pu ouvrir, tout le concept n'est pas encore effectif. "On n'est pas à 100 %, car il nous manque de la marchandise, c'est un peu frustrant", se désole Anthony Poyer. À cause de la crise sanitaire, Anthony Poyer n'a pas reçu tout son matériel dans les temps. "On a des soucis avec certains fournisseurs. Il nous manque encore les machines à coudre qui arrivent d'Allemagne", raconte le gérant. 

Alors pour le moment, le bar à coudre est à l'arrêt. Les ateliers couture sont aussi mis à l'arrêt pour respecter les gestes barrières au coronavirus. "L'animateur est proche des clients sur les machines, donc c'est compliqué en ce moment", confie le gérant de Self Tissus. 

S'adapter au virus 

En plus des gestes barrières au coronavirus, Self Tissus a dû s'organiser pour adapter son activité à la situation sanitaire. "Ca complique notre organisation. On ne peut pas laisser les clients se promener librement dans le  magasin, ni toucher les tissus, alors _chaque client est servi par un vendeur_. Ca crée une file d'attente, mais on ne peut pas faire autrement et les clients le comprennent", raconte Anthony Poyer. 

Même si le concept de la boutique n'est pas encore complet, Anthony Poyer est ravi d'avoir pu ouvrir. "Ca fait du bien de reprendre le travail, on est très heureux, et on a de la chance, on travaille bien pour l'instant", témoigne le gérant.

Retrouvez la chronique "La relance éco" à 7h15 tous les jours sur France Bleu Besançon.

France Bleu Besançon est à vos côtés pour vous accompagner  pendant  la période de déconfinement. Chaque jour à 7h17, votre radio  s'intéresse  à une  entreprise ou une filière emblématique de notre  région (fleuron  industriel, club de sport, association, restaurant,  etc.). Comment  se  porte-t-elle ? Quels enseignements tire-t-elle de  cette pandémie de  coronavirus ? Comment se projette-t-elle dans  l’avenir ? 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess