Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La relance éco : à Fransèches, la relève de la distillerie David est assurée

-
Par , France Bleu Creuse

Thomas Pouteau, jeune Mayennais âgé d'une trentaine d'années, a repris depuis février la distillerie de Robert David, basée à Fransèches dans la Creuse. Malgré la crise sanitaire, le bouilleur-ambulant a réussi à liquider les stocks de bouteilles sur les marchés et fourmille d'idées.

Les deux distillateurs Thomas Pouteau et Robert David.
Les deux distillateurs Thomas Pouteau et Robert David. © Radio France - Marie Roussel

Après trente années d'activités, il était temps pour le distillateur creusois Robert David de laisser les rennes. En février, il a vendu son affaire à Fransèches à Thomas Pouteau, un jeune Mayennais passionné d'eaux de vie. Manutentionnaire pendant six ans, il a décidé de se reconvertir et a obtenu son diplôme de bouilleur-ambulant à Laval, il y a deux ans et demi. 

"Rester positif"

Une reconversion que Thomas Pouteau réalise avant tout par passion, car aujourd'hui, il ne se verse pas encore de salaire. "Il y a beaucoup de charges, de taxes à payer... A l'heure actuelle, je suis en train de mettre en place ma trésorerie, mon fond de roulement. Je vis sur le salaire de mon amie, qui a trouvé un CDI en tant qu'aide-soignante.

Malgré le contexte de crise sanitaire et économique, le distillateur est confiant. "Je suis quelqu'un de positif, et en restant positif, on arrive à avancer." D'ailleurs, Thomas Pouteau va bientôt arriver à bout de son stock de bouteilles, héritées de Robert David, grâce aux marchés. "Il me reste très peu de produits. En Buisson-Blanc, par exemple, il ne me reste que dix bouteilles, alors que j'avais 90 litres au début. Donc il est temps, maintenant, de reproduire des recettes pour l'année prochaine !"

Aujourd'hui, le département ne compte plus que quatre distillateurs. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess