Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La relance éco, France Bleu à l’heure du déconfinement

La relance éco : à Grenoble, "un soulagement mitigé" pour le restaurateur Laurent Gras

-
Par , France Bleu Isère

Chaque jour, France Bleu Isère accompagne ceux qui font redémarrer l'activité économique. Aujourd’hui, au lendemain des annonces d'Édouard Philippe sur la deuxième phase du déconfinement, la parole est au restaurateur grenoblois Laurent Gras, ancien président de l'UMIH.

Le restaurant "chez le Pèr'Gras" à Grenoble au sommet de la Bastille à Grenoble
Le restaurant "chez le Pèr'Gras" à Grenoble au sommet de la Bastille à Grenoble - www.pergras.com

Bars et restaurants ont le feu vert pour rouvrir mardi prochain le 2 juin en Isère, comme ailleurs en France métropolitaine, à l'exception de l’île de France où seules les terrasses seront autorisées pour le moment. À Grenoble, les restaurateurs se préparent donc à renouer avec leurs clients mais aussi avec leurs fournisseurs pour pouvoir rallumer les cuisines à temps. Laurent Gras patron du célèbre restaurant "le Pèr' Gras" au sommet de la Bastille, est l'invité de la "relance éco" de France Bleu Isère.

Ecoutez l'interview de Laurent Gras, restaurateur à Grenoble

Vous l'attendiez cette réouverture ? Il était temps ? 

On est à bout de souffle, donc évidemment il y a un sentiment de soulagement car on a enfin un feu vert. Mais c'est un soulagement mitigé parce qu'on a un retard conséquent, une trésorerie exsangue et pour ceux qui ont pu bénéficier du PGE (Prêt garanti par l'État) il va falloir le rembourser sur cinq ans, ce qui est un délai très court. Nous vivons donc une situation économique très dégradée sur notre secteur.

Une enseigne reconnue comme la vôtre, qui a une image de marque, a-t-elle mieux résisté ?

Pas du tout. On est comme les copains. On est dans une situation précaire au même titre que les grands ou les petits établissements. On s'est battus auprès de nos fournisseurs et de nos partenaires parce que c'est toute la filière qui est impactée. Faut pas oublier par exemple que les marins-pêcheurs, les agriculteurs, les éleveurs et autres, eux aussi se sont retrouvés à chercher des canaux de distribution pour écouler leurs productions, avec plus ou moins de succès.

Justement, serez-vous prêts dès mardi matin ? Vos fournisseurs sont-ils en capacité de répondre à votre demande ?  

Non, pas tous en tout cas. On va devoir être astucieux. On a pris les devants depuis le début de la semaine. On s'attendait à avoir une annonce lundi dernier. On compatit à la difficulté de la tâche pour le gouvernement, mais nous laisser seulement quatre jours pour relancer une filière complète ce n'est pas possible. On va donc s'adapter. On va faire du "moins pire". On a tellement besoin de clients qu'on va s'organiser. Il y aura à manger mardi midi chez nous, mais on compte aussi sur la bienveillance de nos clients. Nos établissements ne redémarrent pas en appuyant sur un bouton. Ça va être un démarrage un peu compliqué mais au moins on redémarre.

Avec des règles strictes malgré tout, est-ce gérable ?  (tables espacées, port du masque pour le personnel même en cuisine, etc..).

On n'y coupera pas, c'est la loi, mais c'est sûr que ce n'est pas l'ADN de notre métier. Nous, notre métier, c'est l'accueil, la convivialité, le partage. Donc évidemment cuisiner et servir avec des gants, en étant masqués, avec des circuits de circulation dans l'établissement, on va perdre un peu de l'essence même de notre métier. Mais on n'a pas le choix. Les commerces sont soumis à la même règle. Le consommateur semble aussi les accepter au fil du temps dans les autres commerces, donc pourquoi pas chez nous. Et surtout espérons que ces mesures soient temporaires et ne durent pas très longtemps.

____________________________________________________
France Bleu Isère est à vos côtés pour vous accompagner pendant la période de déconfinement. Chaque jour à 7h17, votre radio s'intéresse à une entreprise emblématique de notre région (fleuron industriel, club de sport, association, restaurant, etc.). Comment se porte-t-elle ? Quels enseignements tire-t-elle de cette pandémie de coronavirus ? Comment se projette-t-elle dans l’avenir ?

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu