Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

La relance éco : à Paris, les restaurateurs se préparent à faire de la vente à emporter à la rentrée

-
Par , France Bleu Paris

La relance éco comme tous les matins de l'été sur France Bleu Paris. On fait un zoom sur un domaine, une activité qui redémarre après la crise du coronavirus. Même si leurs établissements ont rouvert depuis plusieurs semaines, les restaurateurs parisiens se préparent à un éventuel reconfinement.

Pendant le confinement, de nombreux restaurants étaient passés à la vente à emporter.
Pendant le confinement, de nombreux restaurants étaient passés à la vente à emporter. © Maxppp - Arnaud Journois

A l'heure où l'épidémie semble repartir en France et en région parisienne, certains professionnels sont inquiets : les restaurateurs. Ils redoutent un cauchemar, un reconfinement et la fermeture, de nouveau, de leurs salles et terrasses. 

Pour anticiper, beaucoup de patrons tentent de trouver des solutions et se tournent notamment vers la vente à emporter ou la livraison. Ce n'est plus réservé aux pizzas et sushis, confie à France Bleu Paris, Marcel Benezet, président de la branche café, restaurant au GNI, le groupement national des indépendants de l'hôtellerie restauration.

Marcel Benezet : "attention, préparons-nous" à un potentiel reconfinement.

Une peur noire du reconfinement, au mieux d'un durcissement des gestes barrières

C'est que les restaurateurs anticipent une rentrée difficile. Et les propos du Premier ministre en déplacement à Montpellier ce mardi, ne rassure pas le représentant de la profession. Jean Castex a invité les préfets à élargir encore plus l'obligation du port du masque dans l'espace public à l'extérieur. "Quand on entend le Premier ministre évoqué un durcissement du port du masque, _on a peur que les gens n'aillent plus au restaurant_, donc beaucoup de nos adhérents sont en train de réfléchir."

"Le gouvernement laisse passer les vacances car les gens ont besoin de vacances", analyse encore le cadre du GNI. "Mais attention, préparons-nous. _Je ne veux pas être alarmiste mais il faut être prêt à fonctionner_, peut-être juste en organisant de quoi payer le loyer." Car la vente à emporter ne remplacera en effet jamais une salle comble, "seulement 10 à 20% de chiffre d'affaire maximum" d'après Marcel Benezet. De quoi limiter la casse.

Modifier les baux commerciaux pour faire de la vente à emporter

Mais pour cela, il y a des règles prévient Marcel Benezet. "Il faut revoir toute l'organisation et surtout vérifier dans leur bail commercial qu'il soit bien écrit 'vente à emporter et livraison à domicile' car _le propriétaire pourrait profiter d'un retard de loyer en plus d'une modification commerciale pour dénoncer le bail_. Les restaurateurs doivent absolument être vigilants et demander à leur propriétaire une modification du bail. Ça ne leur sera pas refusé dans une période comme on le vit", prévient le représentant de la profession qui espère aussi que les mairies n'hésiteront pas à prolonger les autorisations d'extension des terrasses sur la voie publique. "Si nous avons un été indien, il faudra que les mairies nous laissent nos 'terrasses-covid' au moins jusqu'à mi-octobre. Elles nous ont permis de sauver nos entreprises ! On en est là aujourd'hui, il faut sauver nos entreprises."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess