Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La relance éco : A Saint-Amand-les-Eaux, l'entreprise MTM peine à recruter des soudeurs

-
Par , France Bleu Nord

A Saint-Amand-les-Eaux, l'usine MTM, qui travaille pour l'industrie ferroviaire, cherche à embaucher une soixantaine de personnes, essentiellement des soudeurs. Mais, malgré la mise en place d'un dispositif de formation, elle peine à attirer les candidats.

Après 400 heures de formation, les soudeurs sont intégrés aux équipes de production
Après 400 heures de formation, les soudeurs sont intégrés aux équipes de production - ©MTM

Entreprise recherche soudeurs désespérément... A Saint-Amand-les Eaux, l'usine MTM a beaucoup de mal à recruter les salariés dont elle a besoin pour développer son activité.
L'usine fabrique des pièces métalliques pour l'industrie ferroviaire, plus précisément des faces de train, les parties visibles depuis le quai de la gare entre les fenêtres et à côté des portes. 

Ces pièces de 18 mètres de long sont ensuite assemblées chez Bombardier ou Alstom. Aujourd'hui elle emploie 143 salariés,  contre 70 il y a deux ans et demi. Mais elle recherche encore une trentaine de personnes pour la fin de l'année et autant en 2021, en majorité des soudeurs.

Des salariés formés et encadrés

Alors que le marché est très tendu, l'entreprise fait des efforts. Pour les soudeurs qualifiés, elle essaie d'être attractive sur les salaires. A la rentrée, le taux horaire sera revu à la hausse.
Elle propose aussi un accompagnement à la formation pour les recrues. Les candidats qui n'ont aucune connaissance peuvent suivre 400 heures d'enseignement financés par le Conseil Régional et Pôle Emploi, dans un centre de formation. Cette acquisition des bases est ensuite complétée par un CDD. Le jeune salarié, payé comme un salarié classique, est suivi au sein de l'équipe de production, pour devenir progressivement opérationnel.

Mais le métier est difficile reconnaît Guillaume Janssens, directeur adjoint. "Beaucoup suivent la formation en se disant "j'aurais un CDI", puis ils laissent tomber. Il faut avoir un coup de patte, une dextérité du poignet."

Le test du jeu du fil électrique

Et le responsable donne une piste pour ceux qui aimeraient se lancer dans le métier: "Le petit test à faire, c'est le jeu où il ne faut pas toucher le fil électrique sinon ça sonne. Si vous y arrivez, c'est que c'est bon."

Quand est on face à une pièce de 18 mètres, on peut être fier de son boulot

Même si l'environnement est bruyant et que la tâche est manuelle et d'une grande précision, elle procure une grande fierté, selon le professionnel: "Vous partez d'un bout de tôle, vous assemblez des morceaux, puis quand on est face une pièce de 18 mètres de long, on peut être fier de son boulot."

Si vous êtes intéressés, vous pouvez déposer votre candidature par mail : recrutement@mtmnord.com

Retrouvez la relance éco du lundi au vendredi sur France Bleu Nord à 7h15 et 9 heures.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess