Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La relance éco, France Bleu à l’heure du déconfinement

La relance éco : à Saint-Didier, les orgues Quoirin manquent de perspectives

-
Par , France Bleu Vaucluse
Saint-Didier, France

Tous les jours, en cette période de déconfinement, France Bleu Vaucluse accompagne les entreprises dans le redémarrage de leur activité. Direction Saint-Didier et les ateliers des Orgues Quoirin, qui répare des orgues à travers le monde entier.

Une restauration d'orgues par l'entreprise Quoirin à Saint-Didier
Une restauration d'orgues par l'entreprise Quoirin à Saint-Didier - Quoirin

À Saint-Didier, les ateliers Quoirins, créés il y a 50 ans, emploient douze personnes, aux spécialités très variées : des concepteurs, des menuisiers, des sculpteurs, des tuyautiers et des harmonistes. L'entreprise travaille dans des chantiers du monde entier : en Suisse, au Mexique, en Bolivie. Elle restaure aussi le majestueux orgue de Notre-Dame de Paris. Grâce à cela, elle ne s'est pas complètement arrêtée pendant le confinement. 

"Notre activité, c'est sur le long terme, explique Pascal Quoirin, le patron et fondateur. L'activité ne s'interrompt pas comme ça. Quand on commence une restauration, il y en a parfois pour plusieurs années. Nous ne fonctionnons pas comme des artisans qui ont besoin de nombreux clients chaque année". 

Restaurer l'orgue de Notre-Dame de Paris 

Durant le confinement, les artisans des Orgues Quoirin sont restés en atelier. "C'est ici que se déroule la plus grande partie de notre activité. Sur les chantiers, c'est beaucoup plus court. Nous nous sommes arrêtés quelques jours, parce que l'un des salariés a été contaminé. Par prudence, on a souhaité fermer. Nous avons essayé de bénéficier du chômage partiel mais ça nous a été refusé donc on a repris. Et on est toujours vivants !". 

Alors que l'économie française souffre, le patrimoine ne fait pas partie des priorités. "C'est ce qui nous inquiète un peu, reconnaît Pascal Quoirin. Dans l'immédiat, ça ne pose pas de problème car on a été réquisitionnés pour Notre-Dame de Paris, qui va nous occuper jusqu'en 2024 environ. Mais pour les autres projets, on ne sait pas". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu