Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

"La Relance Éco" : à Saint-Maur, le Labo-Motive prouve l'utilité des nouvelles technologies

-
Par , France Bleu Berry

Grâce à son action solidaire pendant le confinement, le Labo-Motive de Saint-Maur a gagné en crédibilité auprès d'acteurs locaux. Spécialisée dans la fabrication numérique, l'association fabrique des pièces pour des entreprises, notamment avec des imprimantes 3D.

18 000 visières de protection anti Covid-19 fabriquées pendant le confinement
18 000 visières de protection anti Covid-19 fabriquées pendant le confinement - Facebook Labo-Motive de Saint-Maur

À Saint-Maur, le Labo-Motive est une association qui regroupe des passionnés de nouvelles technologies et notamment de fabrication numérique. L'outil le plus connu, c'est l'imprimante 3D. Une machine mise à rude épreuve pendant toute la durée du confinement. "Huit semaines de folie, c'est passé très vite pour nous", explique Jean-Christophe Léger, le président du Labo-Motive. Et pour cause, 18 000 visières de protection anti Covid-19 ont été fabriquées puis distribuées grâce à la mobilisation des bénévoles et des possesseurs d'imprimantes 3D. "On a distribué en premier lieu pour les médecins, les infirmières, les pharmaciens, les hôpitaux. Dans l'Indre mais aussi dans d'autres départements", souligne Jean-Christophe Léger.

Des aides locales et régionales pour le Labo-Motive

Un geste solidaire exceptionnel qui a prouvé (à ceux qui en doutaient encore) l'utilité des nouvelles technologies. "C'est une technique de demain pour notre vie courante. Notre association a été reconnue. On a gagné la crédibilité des collectivités et d'acteurs régionaux et locaux. Nous avons montré qu'on était capable de faire beaucoup, de faire très fort", se félicite Jean-Christophe Léger. 

Des aides ont été versées par plusieurs collectivités : 4 000 euros par la Région Centre-Val de Loire ; 1 500 euros par la Ville de Saint-Maur ; 1 000 euros par la Ville d'Issoudun. De quoi financer l'achat de deux nouvelles machines : une fraiseuse et une découpeuse laser. "Le budget de notre association est de l'ordre de 3 500 à 4 000 euros. Pour financer un investissement de plus de 10 000 euros, c'est impossible sans soutien", précise le président du Labo-Motive de Saint-Maur.

L'action de l'association a permis également de faire connaître l'activité, le savoir-faire, les compétences de ceux qui composent le Labo-Motive. "On nous contacte pour fabriquer des pièces. Une entreprise à Issoudun nous a appelé pour fabriquer un objet très spécifique pour une machine qui va bientôt ne plus fonctionner. À Châteauroux, on a fabriqué une pièce pour une entreprise qui a réussi à décrocher un marché grâce à nous", détaille Jean-Christophe Léger. Il se veut clair sur un point : le Labo-Motive n'est pas une entreprise, il reste une association. Mais ces productions à petite échelle permettent de générer des rentrées d'argent. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess