Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La relance éco, France Bleu à l’heure du déconfinement

La relance éco : à Vannes "Socomore" passe de l’aéronautique au gel hydroalcoolique pour survivre

-
Par , France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel

Dès le début du confinement, l'entreprise Socomore, basée à Vannes (Morbihan) a vu sont carnet de commandes dans le domaine de la peinture pour avion, se vider. Pour survivre, la société décide de produire du gel hydroalcoolique. Un changement de cap qui lui permet de sauver ses emplois.

Grâce à la production de gel hydroalcoolique, Socomore arrive a survivre économiquement
Grâce à la production de gel hydroalcoolique, Socomore arrive a survivre économiquement - Socomore - DR

Avec la crise sanitaire, le marché de l’aéronautique est à l'arrêt. L'entreprise Socomore à Vannes dans le Morbihan a vu ses commandes s'annuler les unes après les autres. Alors pour éviter de fermer son entreprise, Frédéric Lescure, le dirigeant de la société bretonne, propose à ses salariés de passer de la production de peinture pour avion à celle de gel hydroalcoolique. Un pari qui permet de sauver l'entreprise et ses emplois.

- France Bleu : Est ce qu'on peut dire que le gel hydroalcoolique a sauvé votre entreprise ?

Frédéric Lescure : En effet, on peut le dire. Au lendemain du confinement le 17 mars, Socomore s'est réveillée groggy, avec son marché qui disparaissait sous ses pieds. Notre marché, ce sont les peintures pour l’aéronautique, et nos clients, ce sont Airbus, Boeing et toutes les compagnies aériennes. Et il n'y avait plus rien.

On a perdu 80 ou 90% de notre carnet de commandes rapidement

Et puis, après cet instant de sidération, on a répondu à un appel du préfet du Morbihan pour faire du gel hydroalcoolique. Ce n'était pas notre métier, ça nous paraissait complètement incongru, mais on s'est mobilisé avec d'autres industriels du Morbihan pour y arriver. On est maintenant à 200 tonnes de gel par semaine et probablement plus bientôt. Donc oui, ça a sauvé l'entreprise et permis de compenser quasiment l'intégralité des ventes perdues en France. Malheureusement pas à l'international. Mais c'est déjà ça de gagné. 

- Ça vous a permis également d'embaucher des intérimaires... 

Oui, en plein Covid, nous-voilà en train d'embaucher et de passer en 3/8, avec toutes les contraintes de la distanciation sociale et des consignes sanitaires. Mais tout le monde l'a fait avec le sourire. Tout le monde est revenu, que ce soient les personnels en laboratoire ou en production. Et le miracle a eu lieu.  

Faire du gel hydroalcoolique ça donne du sens au travail de chacun

- Vos salariés ne vous ont pas pris pour un fou de passer de la peinture pour avion au gel hydroalcoolique ? 

Ça fait déjà 20 ans qu'ils savent que je suis un fou....Tout le monde a compris que le marché de l’aéronautique était très durement touché et que ça allait durer des années. C'est un peu une bouée de sauvetage. Vous savez, la bouée ronde sur les bateaux, on s'est tous agrippés et nom de Dieu qui a fait du bien. Toutes les équipes sont soulagées. Je suis très, très fier que ça marche. 

- Actuellement votre carnet de commande dans l’aéronautique est vide ? 

Si vous voyez passer un carnet de commandes de 50 millions avec un short et des baskets rouges, c'est le mien, vous le plaquez et vous me le rendez.

Il a disparu, il a complètement disparu. Nos clients sont sinistrés. Aujourd'hui les compagnies aériennes vont commencer tranquillement à reprendre des vols, mais c'est faible. Airbus et Boeing vont essayer de reprendre, autant que faire se peut leurs productions. Mais aujourd'hui, personne ne sait dans quel monde on va..

- Si je comprends bien le plan de vol, vous ne l'avez pas vraiment suivi mais finalement, le voyage n'est pas si mal ? 

Oui, on a eu des conditions de vol très compliquées. On a fait toutes les figures autorisées par l'avion "Socomore". Maintenant, pourvu que ça dure, non pas le Covid, mais notre capacité à rebondir. Et je ne me fais maintenant plus aucun souci pour Socomore. Peut être que demain on fera des trombones, mais on fera le nécessaire. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess