Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

"La Relance Éco" : à Villedieu-sur-Indre, il se lance dans la vente de viande à domicile

-
Par , France Bleu Berry

À Villedieu-sur-Indre, Jean-Paul Gauthier a créé sa propre société de grossiste en viande, au tout début du mois de mars. Malgré le confinement, il est parvenu à livrer de nombreux clients.

Jean-Paul Gauthier a acheté un camion frigorifique
Jean-Paul Gauthier a acheté un camion frigorifique - -

Il n'y a jamais eu autant de créations d'entreprises en France. Plus de 800 000 pour la seule année 2019, selon les chiffres de l'Insee. Des structures souvent fragiles, encore plus en cette période difficile. À Villedieu-sur-Indre, Jean-Paul Gauthier a créé sa propre société de grossiste en viande, au tout début du mois de mars. Il était alors loin d'imaginer que le confinement allait survenir le 17 mars pendant deux mois. "Se mettre à son compte, il faut avoir du cran. Il faut y aller, la conjoncture est très dure. Mais c'est un plaisir", explique Jean-Paul Gauthier, qui est joignable sur sa page Facebook.

Après 25 ans passés comme employé dans le même secteur, il se lance avec sa propre entreprise. Il investit dans l'achat d'un camion frigorifique. Il construit aussi une chambre froide derrière sa maison. Il démarche des restaurants et des boucheries. Mais le confinement lui tombe dessus. "Au départ, j'ai eu un petit peu peur. Je me suis demandé ce que j'allais faire. Alors je me suis dit que j'allais à la rencontre des particuliers", poursuit Jean-Paul Gauthier. Depuis cinq mois, il enchaîne les semaines de travail à rallonge. Un aller-retour par semaine au marché de Rungis. Il commande la viande demandée par ses clients. "Je la livre ensuite dans l'Indre, un peu le Cher et un peu la Creuse. Il me faut des tournées d'une dizaine de clients par jour", ajoute-t-il.

Jean-Paul Gauthier s'était fixé un chiffre d'affaire de 40 000 euros par mois. Il en fait à peine la moitié aujourd'hui. Mais il ne regrette pas son choix de s'être mis à son compte, après 25 ans comme employé. Si l'activité économique redémarre dans les prochains mois, Jean-Paul Gauthier n'écarte pas l'idée d'embaucher un salarié pour l'aider dans son travail.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess