Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La relance éco, France Bleu à l’heure du déconfinement

La relance éco : à Vorey-sur-Arzon, l'entreprise SPCV donne une seconde vie à ses doigtiers

En Haute-Loire, l'entreprise SPCV, spécialiste dans la fabrication de biberons et de tétines, relance ses doigtiers. Sa directrice, Suzanne Grangette, précise les nouveaux usages et les nouveaux clients de ce moyen de protection, alternative aux gants, pour faire face au Covid-19.

L'entreprise altiligérienne SPCV a relancé sur le marché huit tailles différentes de doigtiers qui peuvent être réutilisés jusqu'à 30 fois.
L'entreprise altiligérienne SPCV a relancé sur le marché huit tailles différentes de doigtiers qui peuvent être réutilisés jusqu'à 30 fois. - SPCV

"La relance éco" est aujourd'hui aux côtés d’une entreprise de la Haute-Loire qui s’est renouvelée pendant le confinement pour proposer un second souffle à un produit qui existait déjà : les doigtiers. La société SPCV (Silicone Plastique Caoutchouc Voreyzien), installée à Vorey-sur-Arzon depuis 50 ans, est spécialisée dans les biberons et les tétines mais avec la crise du Covid-19, elle a relancé sa production de doigtiers en caoutchouc naturels pour empêcher le contact avec des objets possiblement contaminés.  

La relance éco avec Suzanne Grangette, dirigeante de SPCV

Suzanne Grangette, le doigtier était un produit passé de mode et vous l'avez remis au goût du jour !

C'est un produit très ancien, qui a entre 50 et 60 ans, et qui était utilisé principalement dans les imprimeries et les banques. Et on avait un seul client, en Belgique, qui nous prenait entre 2000 et 3000 pièces par an. Mais face au coronavirus, on a pensé à lui donner une deuxième vie : avec ce produit-là, les gens vont éviter toute contamination. 

Face au Covid-19, quels sont les usages et les clients des doigtiers ? 

Actuellement, ce sont beaucoup de particuliers, mais là, nous sommes en deal avec deux sociétés dont une qui est dans les métiers à tisser. Mais cela s'adresse aussi aux commerçants comme les coiffeurs et les boulangeries par exemple. Et pour les usages, ça sert pour les distributeurs de billets, les distributeurs de café; pour les gens dans les entreprises, ça sert pour les produits partagés comme les claviers, photocopieurs, téléphones, toutes ces personnes-là vont utiliser ces doigtiers. 

En quoi ces doigtiers sont différents des gants ?

La grosse différence, c'est qu'il n'y a pas d'allergies. On a huit tailles différentes donc ça peut convenir à une main d'homme ou une main de femme. Et le surplus de ce produit, c'est que les doigtiers sont un produit en caoutchouc naturel et qu'il est dégradable au bout de quelques mois : on ne va pas inonder les déchetteries avec ce produit-là. Et en plus, il est lavable à l'eau savonneuse et l'eau chaude, il faut bien l'essuyer et c'est reparti pour une trentaine d'utilisations. 

Et si on parle de chiffres pour un premier bilan, ça donne quoi côté commandes ? 

Quand on a lancé la première pub, on a eu quatre ventes à la semaine. Et là, actuellement, c'est entre 15 et 20 envois par jour. Mes clients, j'en ai beaucoup de la région, mais au vu des statistiques faites sur notre site, on se rend compte qu'il y a des gens de Lyon mais aussi de l'Ile-de-France qui nous commandent ces produit-là. Et maintenant, on souhaite être plus agressif dans notre stratégie de ventes et mettre notre produit sur les plateformes Amazon.  

_____________________________________________________
France Bleu Saint-Étienne Loire est à vos côtés pour vous accompagner pendant la période de déconfinement. Chaque jour à 7h17, votre radio s'intéresse à une entreprise emblématique de notre région (fleuron industriel, club de sport, association, restaurant, etc.). Comment se porte-t-elle ? Quels enseignements tire-t-elle de cette pandémie de coronavirus ? Comment se projette-t-elle dans l’avenir ?

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu