Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

"La relance éco" : à Yffiniac, Le Rimael, un resto ouvrier qui tente de rebondir grâce à la vente à emporter

-
Par , France Bleu Armorique

Chaque jour, France Bleu Armorique s'intéresse à une entreprise emblématique de notre région. Ce lundi, il s'agit du restaurant ouvrier de Thierry Surgis. A Yffiniac, dans les Côtes d'Armor, "Le Rimael" retrouve peu à peu ses clients.

Thierry Surgis avec un client du restaurant.
Thierry Surgis avec un client du restaurant. © Radio France - Johan Moison

Drôle d’ambiance dans le restaurant. Il est midi, les chaises sont empilées sur les tables. Thierry Surgis, le patron, s’affaire, seul, en cuisine. Il a rouvert son restaurant il y a deux semaines pour faire des plats à emporter. Il a fait un peu de publicité sur Facebook et en appelant des clients. Il est aussi allé directement à la rencontre des entreprises pour leur dire qu'il rouvrait. 

Une serveuse en chômage partiel

Habituellement, sa femme travaille avec lui. Une serveuse également, mais Thierry Surgis a du la placer en chômage partiel. "A cette heure-là, d'habitude, il y a de la convivialité, de la joie et là c'est calme", observe le patron. Au menu ce midi-là : des crudités, un bœuf-carottes avec haricots verts, du fromage et un gâteau au chocolat. 12,80 euros le tout avec une boisson et du pain. 

Depuis le début de la crise, Thierry Surgis a perdu beaucoup d'argent mais il ne veut pas baisser les bras : "Quand on fait 40 ou 45 couverts par jour et qu'on se retrouve entre 15 et 20 plats à emporter, le manque à gagner est énorme". 

On a perdu entre 600 et 700 euros quotidiennement mais c'est comme ça, il faut s'adapter.

Les ouvriers heureux de retrouver des plats chauds

Un flacon de gel hydroalcoolique est posé sur une table à l'entrée. Des clients arrivent. La plupart travaille dans le bâtiment. Ils avaient l’habitude de venir manger ici avant la crise sanitaire. "C’était notre cantine", glisse l'un d'eux. "Désormais, on appelle le matin, on réserve notre plat pour le midi. C'est chaud, ça fait du bien, ça change de casse-croûte". "On vient ici pour faire travailler ce petit restaurant qui est à côté de notre entreprise", précise une autre cliente. 

Le restaurant figure sur la carte de l'Union des Métiers et des Industries de l'Hôtellerie (UMIH) qui recense tous les établissements proposant de la vente à emporter dans le département des Côtes-d'Armor.  

Pas de vacances d'été

La priorité aujourd'hui, c'est de servir nos clients et de le faire comprendre qu'on est là.

"A mon avis, on va continuer à faire de la vente à emporter encore pendant un moment, souffle Thierry Surgis. Et cet été, on ne prendra pas de vacances". 

Retrouvez la chronique "La relance éco" de ce lundi 11 mai ici.

ECOUTEZ - Le Rimael, le resto ouvrier qui tente de rebondir en faisant de la vente à emporter

France Bleu Armorique est à vos côtés pour vous accompagner pendant la période de déconfinement. Chaque jour à 7h15, votre radio s'intéresse à une entreprise emblématique de notre région (fleuron industriel, club de sport, association, restaurant, etc.). Comment se porte-t-elle ? Quels enseignements tire-t-elle de cette pandémie de coronavirus ? Comment se projette-t-elle dans l’avenir ?

Choix de la station

À venir dansDanssecondess