Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La relance éco : après deux semaines de soldes, un premier bilan contrasté à Orléans

-
Par , France Bleu Orléans

La relance éco se tourne vers les commerçants du centre d'Orléans. Ils vivent en ce moment une période de soldes très particulières, décalée en plein été suite au confinement. À mi-parcours, le premier bilan est contrasté.

Certains commerçants sont agréablement surpris : la fréquentation est un peu plus haute que prévue, mais cela ne compensera pas pour autant le fait d'organiser les soldes en plein été.
Certains commerçants sont agréablement surpris : la fréquentation est un peu plus haute que prévue, mais cela ne compensera pas pour autant le fait d'organiser les soldes en plein été. © Radio France - Noémie Philippot

En plein été on ne s'en rend pas forcément compte mais les commerçants d'Orléans sont en pleins soldes ! Une édition très particulière, décalée au 15 juillet pour permettre aux boutiques de regonfler leur trésorerie après le confinement. Mais est-ce que les soldes pendant les vacances d'été, ça marche ? Après deux semaines de réductions dans les boutiques, le premier bilan varie beaucoup d'un commerce à l'autre. 

"Il y a des commerçants qui sont très contents et d'autres beaucoup moins, vraiment une grande différence entre nous" constate Alain Liger, membre du conseil d'administration des Vitrines d'Orléans et président régional de la Fédération nationale de l'habillement. "Ça dépend des produits qu'on vend et de la stratégie de chacun." 

Pour lui, la date explique en partie seulement ces disparités. Cela dépend en fait des périodes que les commerçants comparent : "J'en discutais avec un collègue, il  comparait les quinze premiers jours de soldes de cette année avec les quinze jours de la même période en juillet [l'année dernière, ndlr]. Alors forcément, il était très content, sauf que quand on compare avec l'histoire des quinze premiers jours de juins, et bien là on a une légère baisse."

Certains clients "ont encore peur" 

Malgré tout, il était nécessaire selon Alain Liger de repousser la date des soldes : "On ne peut pas vendre qu'en soldes ! Quand on a de très grosses marges, on peut le faire, quand on a des marges raisonnées c'est un peu plus difficile." 

Quant à la fréquentation au moment où l'on constate une reprise de l'épidémie de coronavirus, il estime qu'en tant que grande ville, Orléans est plus lésée que certaines villes moyennes. "Il y a des personnes qui ont un peu plus peur de venir nous voir. Après tout dépend de la cible, les anciens par exemple, il y en a quelques uns qui ont encore peur. C'est bien qu'il y ait eu le masque obligatoire partout parce que je crois que ça protège à la fois les équipes dans les magasins et les consommateurs."

La relance éco avec Alain Liger, membre du conseil d'administration des Vitrines d'Orléans.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess