Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"La Relance Éco" : au ZooParc de Beauval, un mois de juillet "en nette progression" par rapport à 2019

Saint Aignan, France

Après deux mois et demi de fermeture au public, le ZooParc de Beauval a rouvert ses portes le 2 juin. La saison estivale se passe bien, à tel point qu'il y a eu plus de visiteurs qu'en juillet 2019.

Symbole indissociable du Zoo Parc de Beauval : le panda
Symbole indissociable du Zoo Parc de Beauval : le panda © Radio France - Marc Yvan

Le ZooParc de Beauval, site touristique le plus fréquenté en région Centre-Val de Loire avec plus d'1,6 million de visiteurs en 2019, confirme qu'il reste très attractif. Dans une saison estivale bousculée par les contraintes sanitaires liées au Covid-19, la fréquentation de Beauval reste très positive. La réouverture au public n'a pu se faire que le 2 juin, après deux mois et demi de fermeture. Le premier bilan est très encourageant. Au mois de juillet, il y a eu plus de visiteurs qu'en juillet 2019.

Une saison touristique bien lancée à Beauval

"Pour le mois de juillet, nous sommes nettement en progression par rapport à l'an passé. Avec un mois de juillet extrêmement régulier, linéaire et le mois d'août est sur la même tendance", confirme le directeur du ZooParc de Beauval, Rodolphe Delord. Les hôtels sont complets en juillet et août. C'est une aubaine pour tout un territoire économique. "Tous les hébergements aux alentours dans un rayon de 50 kilomètres sont pratiquement tous complets, il reste très peu de chambres. Nos visiteurs réservent actuellement pour le mois de septembre", indique Rodolphe Delord. Lui se dit "confiant pour la saison d'automne", avec des "Français qui auront toujours besoin de sortir".

La clientèle étrangère est naturellement très peu présente. "Il manque les touristes étrangers mais nous en recevions peu avant", précise le directeur du ZooParc de Beauval. Le site séduit par la présence des animaux. Les pandas évidemment, les lions, les flamands roses, les diables de Tasmanie. Mais c'est aussi une sortie en nature. Un argument de taille dans le contexte sanitaire actuel. "Beauval est un très grand parc : 40 hectares de visites, 10 kilomètres d'allées de promenade. Nos visiteurs se sentent en sécurité dans nos établissements. Nous avons la chance d'avoir une météo relativement stable", poursuit Rodolphe Delord.

Près de 1 000 salariés mobilisés cet été

Pour assurer la saison estivale, le ZooParc de Beauval recrute chaque année de nombreux emplois saisonniers. Mais cette année encore plus. En ce moment, c'est près d'un millier de salariés qui travaillent sur le site. Soit plusieurs dizaines de salariés recrutés en plus. Les contraintes sanitaires exigent une plus grande vigilance. Et donc des moyens supplémentaires. "Afin d'assurer toutes les mesures Covid-19, nous avons ajouté des agents d'accueil, des agents de sécurité, des agents pour bien s'assurer du respect des mesures de sécurité et du port du masque. Nous avons aussi rajouté du personnel dans nos restaurants pour désinfecter encore plus régulièrement les tables, les sanitaires, les toilettes dans tout le parc toute la journée", explique Rodolphe Delord.

Un engagement fort pour la conservation de la biodiversité

Évidemment, malgré cette bonne saison estivale, impossible d'oublier les deux mois et demi de fermeture au public. "La saison estivale ne rattrapera pas les deux mois et demi de perte. Nous avons perdu 30 millions d'euros perdus, ce qui est colossal", souligne Rodolphe Delord. Il y a aussi ces 40 millions d'euros investis pour la construction du dôme équatorial, inauguré en février. 

Mais le directeur du ZooParc de Beauval ne cède pas au pessimisme. "Ma priorité était nos animaux, la santé de nos collaborateurs, de maintenir 100% des emplois et même d'en créer. C'est le cas aujourd'hui", explique-t-il. Pas question d'abandonner des projets, pas question de ne plus développer le site touristique. Au contraire, Beauval continue et renforce son engagement pour la défense de la biodiversité et des espèces en danger. "Je suis très inquiet pour la conservation de la biodiversité. Elle subit cette crise du Covid-19. Les programmes de conservation vont manquer de moyens. Nous avons décidé d'ajouter 1% de notre chiffre d'affaires sera reversée pour financer ces programmes", conclut Rodolphe Delord.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess