Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

"La relance éco" : avec l'achat d'un robot, Posson Packaging en Sarthe continue sa modernisation

-
Par , France Bleu Maine

Pendant le confinement, l'usine de fabrication d'emballages Posson Packaging n'a pas arrêté de tourner. Sa présidente entend même accélérer la modernisation du site en maintenant un investissement de 5 millions d'euros à travers l'achat d'un robot.

L'entreprise Posson Packaging
L'entreprise Posson Packaging - Sylvie Casenave-Péré

Malgré des difficultés d'approvisionnement, des entreprises clientes à l'arrêt et des effectifs en baisse, l'entreprise de production d'emballages Posson Packaging va bien. Son site de Louailles (Sarthe) va même accueillir à la rentrée un nouveau robot dans le cadre d'un plan d'investissement de 5 millions d'euros. On fait le point avec sa présidente, Sylvie Casenave-Péré.

La production de Posson Packaging reste encore perturbée : "On enchaîne maintenant avec des arrêts d'approvisionnement, notamment en matières premières, parce que c'est l'été ; toujours des problèmes de logistique et de transport, de stockage. La plus grande partie de nos client a repris, mais pas dans les mêmes conditions ni les mêmes rythmes qu'avant", détaille Sylvie Casenave-Péré. Cette absence de prévisions à moyen terme, c'est ce qui a poussé l'entreprise à investir dans un chantier de modernisation : "On doit pouvoir livrer plus vite en tenant compte de cette absence de planification."

Coût du projet : 5 million d'euros, décidés avant la crise du Covid-19 et maintenus après : "On va intégrer des machines de nouvelle générations pour accélérer la production, et collecter des données pour mieux anticiper les besoins des clients, mais aussi mieux comprendre le fonctionnement des machines."  

Qu'en est-il des 130 salariés face à l'arrivée de ces nouvelles machines ? "Une machine, elle tourne 24 heures sur 24 seulement si trois hommes sont avec elle pour son fonctionnement. Nos équipes sont fières de les accueillir, assure Sylvie Casenave-Péré. Il y aura des plans de formation pour les opérateurs, notamment sur le volet numérique."

► Ecoutez la chronique "La relance éco" de 7h15 sur France Bleu Maine

Choix de la station

À venir dansDanssecondess