Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 15 départements toujours en vigilance rouge, 54 désormais en orange
Dossier : La relance éco, France Bleu à l’heure du déconfinement

La relance éco : la société cantalienne Biose Industrie voit plus grand

-
Par France Bleu Pays d'Auvergne

L'industrie pharmaceutique vient de lever 30 millions d'euros de fonds pour son développement. Une étape importante pour ce spécialiste du microbiote présent depuis près de 70 ans dans le bassin aurillacois.

L'entreprise travaille avec le microbiote depuis 1951.
L'entreprise travaille avec le microbiote depuis 1951. © Maxppp -  © Jérémie FULLERINGER

Soigner des maladies grâce aux micro-organismes . C'est l'objectif de Biose Industrie, située à Aurillac et spécialisée dans le microbiote depuis 1951. La société pharmaceutique aurillacoise accompagne les entreprises dans le développement de thérapies par le microbiote, c'est-à-dire qu'elles soignent certaines pathologies grâce à des micro-organismes présents dans le corps, en particulier dans les intestins. Elle vient de lever 30 millions d'euros de fonds pour son déploiement. Une véritable étape pour Biose, actuellement leader mondial dans ce domaine. Nous avons évoqué le sujet avec Adrien Nivoliez, président de Biose Industrie.  

Quelles pathologies pouvez-vous soigner grâce au microbiote ?

A l'origine, les développements étaient portés sur la flore intestinale. Puis dans les années 1980, les spécialistes se sont penchés sur des traitements gynécologiques. Aujourd'hui, on va travailler aussi sur les maladies métaboliques, sur l'autisme, Alzheimer, les cancers... On a même eu récemment des projets qui se sont initiés pour traiter la Covid-19.

Vous avez récemment levé 30 millions d'euros. Qui a permis ce financement ? 

On s'est associés avec le fond Cathay Capital. La structuration de ce financement a porté sur trois niveaux : l'augmentation du capital, la levée d'une dette bancaire auprès de notre pool bancaire et l'aide de la région au travers d'une subvention. 

Quels sont vos objectifs avec cette levée de fonds ?

La société a pris une position de leadership au niveau mondial sur cette activité qui reste une médecine de demain. L'objectif c'est de continuer à assurer notre position dans cet environnement en pleine évolution. On veut être prêt dans 5 ans pour pouvoir assurer la fabrication commerciale des premiers produits qui arriveront sur le marché.

On est en train d'ouvrir un bureau commercial à Boston. Il sera opérationnel au cours du dernier trimestre 2020. Beaucoup de nos clients sont aux Etats-Unis, donc on se rapproche d'eux avec ce bureau. 

Environ 130 personnes nous ont rejoint depuis un an. L'objectif maintenant c'est de réussir à doubler nos revenus, poursuivre notre croissance. Mon souhait personnel, c'est de pouvoir soigner des personnes qui actuellement ne sont pas suffisamment bien pris en charge parce que les solutions n'existent pas. 

Emma Saulzet

Choix de la station

À venir dansDanssecondess