Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La relance éco : "C'est le moment où jamais de vendre son or"

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

À Nancy, les boutiques d'achat d'or ont la cote depuis le déconfinement. Il faut dire que les cours de cette valeur refuge n'ont jamais été aussi élevés.

Le cours de l'or, valeur refuge, continue de grimper et les clients sont plus nombreux à Nancy
Le cours de l'or, valeur refuge, continue de grimper et les clients sont plus nombreux à Nancy © Radio France - Angeline Demuynck

"On est a 52.377 euros le kilo, bien au delà du record de 2012." Chaque matin, Alain Pajor consulte les cours des métaux précieux sur son ordinateur. Depuis le mois de mai, celui de l'or s'envole. "Ce sont les investisseurs des grandes puissances - Chine, Russie, Allemagne - qui achètent beaucoup d'or en ce moment, et ça fait grimper les taux", explique le négociant nancéien. 

Résultat : de nombreux clients se pressent chaque jour dans sa boutique. "À 10 heures moins le quart il y avait déjà du monde devant alors que je n'ouvre qu'à 10h", constate-t-il, le sourire aux lèvres. Et c'est comme ça depuis le déconfinement. "Les gens ont eu 2 mois pour débarrasser leurs tiroirs, il faut être honnête ça nous a beaucoup aidés",  analyse le commerçant de la rue Stanislas. Des bijoux usés, des boucles d'oreilles dépareillées, des pièces : "On achète toujours de l'or, mais en ce moment un peu plus", sourit-il. 

Je suis le père Noël 

Un exemple ? "Un Napoléon, une pièce de 20 francs, qui valait par exemple 250 euros il y a quelques mois, vaut quand même 320 euros aujourd'hui". De quoi faire une plus-value intéressante. "C'est le moment où jamais de vendre", martèle le spécialiste. Mais pas question pour lui de payer ses clients en liquide : depuis 2011, les transactions se concluent par un chèque ou par un virement. "Je suis le père Noël" conclut-il, hilare. "C'est moi qui fais les chèques et les gens sont toujours étonnés du montant." Alain Pajor revend ensuite cet or à des fonderies qui se chargent de le transformer en lingots avant de le remettre sur le marché.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess