Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco

La relance éco : les camping-cars ont la cote dans l'Yonne depuis le déconfinement

-
Par , , France Bleu Auxerre

C'est une conséquence du confinement : les Français sont de plus en plus nombreux à acheter des camping-cars pour leurs vacances. Un constat partagé par l'entreprise Yonne Evasion Camping Car, qui voit les clients affluer.

"En moyenne, un camping car d'occasion c'est 20.000 euros, 40.000 euros pour du neuf", explique Christophe Nérat, gérant d'Yonne Evasion Camping Car
"En moyenne, un camping car d'occasion c'est 20.000 euros, 40.000 euros pour du neuf", explique Christophe Nérat, gérant d'Yonne Evasion Camping Car © Radio France - Thierry Colin

C'est un modèle de vacances qui pourrait bien séduire de plus en plus de Français suite au confinement : partir avec son camping-car permet de voyager avec son toit, en quasi autonomie. Avec les contraintes sanitaires et les craintes toujours présentes chez certains Français, les entreprises comme Yonne Evasion Camping Car profitent donc d'un regain d'activité ces dernières semaines, comme l'explique le gérant Christophe Nayrac. 

Est-ce que les ventes de camping-car sont en hausse depuis le déconfinement ? 

On a une hausse non négligeable, on a effectivement beaucoup plus de clients, mais ce n'est pas facile de dire si on a doublé nos ventes.  On a le retard des deux mois de confinement, donc on a aussi plus de monde pour l'entretien des véhicules. Ces deux mois sont un gros manque pour nous, tous ceux qui devaient venir pour l'entretien et la réparation doivent être remis sur les mois suivants. On a forcément un surcroît d'activité car on fait cinq mois d'activité en deux !

On a beaucoup de travail et tant mieux ! 

Dans ce contexte sanitaire, pensez-vous que davantage de Français vont se tourner vers le camping-car ?

Ça peut correspondre car certaines personnes ont encore des doutes concernant la restauration et l'hôtellerie. Ce n'est pas évident. Le camping-car permet d'avoir son véhicule et d'être chez soi partout. C'est sûr que par rapport au déconfinement, c'est un mode de vacances qui permet à certaines personnes d'avoir cette sécurité.

Est-ce que le confinement a provoqué l'achat chez certaines personnes qui hésitaient ?

Pas forcément ! Ces dernières semaines, on a beaucoup plus vendu, mais pas à des gens qui n'avaient pas l'intention d'acheter. Pour la plupart, c'était déjà un achat auquel ils réfléchissaient. Il n'y a pas eu d'envie soudaine d'achat car il y a eu le déconfinement. En revanche, ça va peut-être donner des idées à certains qui vont mûrir, ça ne s'achète pas du jour au lendemain !

Vous craignez les effets de la crise sur le pouvoir d'achat, et donc votre activité ?

On a effectivement une petite crainte. Il y a un engouement lié au déconfinement, à des émissions sur les camping-cars... Maintenant, je pense qu'il faut attendre la fin d'année voire le début d'année prochaine pour faire un bilan de tout ça, et voir s'il n'y aura pas une crise économique et des licenciements qui peuvent à terme nous toucher aussi. Notre clientèle se rajeunit depuis des années, on a toujours les retraités mais aussi pas mal de personnes en activité désormais. Forcément, si le chômage se manifeste, ça va nous toucher. Il faut rester prudent.

______________________________________________

France Bleu Auxerre est à vos côtés pour vous accompagner pendant la période de déconfinement. Du lundi au vendredi à 7h17, votre radio s'intéresse à une entreprise emblématique de notre région (fleuron  industriel, club de sport, association, restaurant, etc). Comment se porte-t-elle ? Quels enseignements tire-t-elle de cette pandémie de coronavirus ? Comment se projette-t-elle dans l’avenir ?

Choix de la station

À venir dansDanssecondess