Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats
Dossier : La relance éco, France Bleu à l’heure du déconfinement

"La relance éco" : dans la Manche, Grand Large Yachting a gardé le cap dans la tempête

-
Par , France Bleu Cotentin

Le groupe Grand Large Yachting qui réunit plusieurs marques de navires de plaisance a du affronter comme les autres, la crise économique. Mais il a échappé aux "avaries". Entretien avec son PDG, le Manchois Stéphan Constance.

Les salariés ont pu continuer de travailler durant la crise et le confinement au sein des ateliers du groupe Grand Large Yachting.
Les salariés ont pu continuer de travailler durant la crise et le confinement au sein des ateliers du groupe Grand Large Yachting. - Grand Large Yachting

La filière nautique comme d'autres secteurs d'activité a souffert de la crise du Coronavirus. Pour autant, certains chantiers navals ont traversé la période sans trop de turbulences. A la barre du groupe "Grand Large Yachting", propriétaire notamment du groupe cherbourgeois Allure Yachting, fabricant de grands voiliers adaptés aux tours du monde, Stéphan Constance tire un bilan plutôt positif de cette "traversée du confinement".

Le marché du Yachting est un marché international, forcément touché par la crise du Covid-19. L'avez-vous ressenti?

Stéphan Constance : C'était ce à quoi nous nous attendions. On imaginait que le confinement marquerait un arrêt brutal de la prise de commandes. Ce n'est pas ce qui s'est passé! Depuis début mars, nous avons signé, en terme de nouvelles commandes, exactement ce qui était prévu en début de confinement. Nous avons signé avec des gens que nous n'avons jamais vus, avec qui nous avons échangé par internet. Ils avaient pour certains du temps en raison de l'arrêt de leur activité professionnelle, et ils ont consacré ce temps à faire avancer leurs projets de conception et d'achat de bateau, jusqu'à faire aboutir les commandes. 

Est-ce que ça veut dire que vous avez préservé votre chiffre d'affaire sur cette période?

SC : Absolument!  Lorsqu'on regarde dans le rétroviseur, ce qui s'est passé durant ces 3 derniers mois, on trouve un rythme de prise de commande en rapport avec ce qu'on avait enregistré l'an dernier, et je vous avoue que c'est une grande surprise pour nous!

Beaucoup d'activités industrielles ont été perturbées par les difficultés d'approvisionnement en matière première. Avez-vous rencontré ce problème?

SC : C'était notre principale inquiétude. Nous avions la possibilité de continuer à travailler dans nos ateliers sans trop de difficulté. Un bateau c'est grand, et l'on peut facilement travailler à plusieurs ouvriers tout en respectant les mesures barrière. Mais encore fallait-il que nous ayons les différents composants! En l'occurence, la filière nautique s'est très vite arrêtée donc nous avons avons travaillé sur nos stocks. Comme nous ne sommes pas dans un système de flux tendu, comme les gros industriels de l'automobile, nous avions des stocks de 1 à 3 mois selon les composants et cela nous a permis de poursuivre la production. Par ailleurs, certains de nos fournisseurs ont accepté de rouvrir leurs magasins pour nous, afin que nous puissions venir chercher les pièces qui nous manquaient. Donc nous nous en sommes plutôt bien sortis.

Stéphan Constance, que restera-t-il de cette expérience?

SC : D'abord, ca nous conforte dans l'idée qu'avoir du stock, c'est essentiel pour ne pas fragiliser notre chaîne de production. Optimiser les flux à tout prix, ça entraine de la fragilité! Et puis évidemment, on a constaté l'importance de la digitalisation de notre activité. A la fois avec nos salariés qui ont continué à travailler depuis chez eux, mais aussi dans la relation avec nos clients. Nous avons été jusqu'à signer des contrats de façon digitale. C'est quelque chose que nous continuerons à développer à l'avenir. 

La relance éco dans la Manche : Grand Large Yachting a gardé le cap dans la tempête

Retrouvez la relance éco dans la Manche, du lundi au vendredi à 7h15, sur France Bleu Cotentin.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu