Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco

La nouvelle éco : en Allemagne, la crise relance le débat sur la semaine de travail de quatre jours

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass, France Bleu

Comment contrer l'envolée du chômage après la crise sanitaire ? En Allemagne, le puissant syndicat IG Metall propose d'instaurer la semaine de travail de quatre jours, avec une compensation au niveau des salaires.

Usine Volkswagen à Baunatal (Allemagne), dans le Land de Hesse, mai 2020
Usine Volkswagen à Baunatal (Allemagne), dans le Land de Hesse, mai 2020 © Maxppp - Uwe Zucchi/dpa/picture-alliance/Newscom

"Un temps de travail réduit avec compensation salariale partielle peut être une mesure appropriée." Ces mots sont ceux du ministre social-démocrate allemand du Travail, Hubertus Heil. Le débat sur la semaine de quatre jours, lancé outre-Rhin par le syndicat IG Metall pour contrer l'envolée de la courbe du chômage, trouve un écho jusque dans les plus hautes sphères, mais suscite aussi la controverse.

Une idée controversée

Avec la pandémie, les solutions de maintien de l'emploi font débat partout dans le monde. Comme Volkswagen l'avait fait dans les années 1990, Bosch ou encore Daimler ont conclu récemment des accords de réduction de temps de travail, mais au prix de sacrifices sur les salaires. Des patrons qui voient souvent d'un mauvais œil d'éventuelles compensations salariales de la part des employeurs, solution proposée par IG Metall pour compenser la perte de pouvoir d'achat.

L'idée d'une semaine de quatre jours n'est pas bien vue non plus du côté du patronat alsacien. "Réduire la durée du temps de travail, ça s'est démontré par le passé, ça ne résorbe pas le chômage", explique Gilbert Stimpflin. Le président de la Chambre de commerce et d'industrie (CCI) Grand Est estime plutôt que l'effort doit porter sur le dynamisme des entreprises.

Avec la crise sanitaire, la France a eu recours massivement au chômage partiel, solution qui a globalement satisfait les patrons alsaciens. Les entreprises ont également  la possibilité de signer des accords de performance collective, synonymes d'aménagement du temps de travail, au prix de sacrifices salariaux.

Retrouvez la chronique "la nouvelle éco" à 7h15. 

France Bleu Alsace est à vos côtés pour vous accompagner pendant cette période de crise sanitaire. Chaque jour à 7h17, votre radio s'intéresse à une entreprise emblématique de votre région (fleuron industriel, club de sport, association, restaurant, etc). Comment se porte-t-elle ? Quels enseignements tire-t-elle de cette pandémie de coronavirus ? Comment se projette-t-elle dans l’avenir ?

Choix de la station

À venir dansDanssecondess